Manif pour le climat: La participation a fondu comme neige au soleil
Actualisé

Manif pour le climatLa participation a fondu comme neige au soleil

Une nouvelle grève du climat mondiale se tient ce vendredi dans différentes villes de Suisse. L'affluence est en baisse à Lausanne et Genève.

Vidéo: WebTV Genève

L'affluence pour la marche pour le climat est en baisse, notamment à Lausanne et Genève.

Dans la capitale vaudoise, les participants ont sillonné le centre dans la bonne humeur, mais ils étaient clairement moins nombreux que lors des précédents rassemblements.

Les manifestants étaient environ 4500 au départ du cortège, estime la police municipale, interrogée par Keystone-ATS. Lors des précédentes mobilisations en faveur du climat, Lausanne avait vu quelque 10'000 jeunes dans les rues.

Le slogan qui les rassemble n'a en revanche pas changé. Les manifestants ont ainsi entonné en choeur «On est plus chaud, chaud, chaud que le climat» sous un large soleil.

Sur les différentes pancartes brandies par un cortège composé essentiellement de jeunes, on pouvait lire: «The snow must go on», «Bats-toi pour le climat» ou «On ne nique pas sa mer». En queue de défilé, des adolescents portant des gants ramassaient et triaient les déchets qu'ils trouvaient.

A Genève, le cortège a rassemblé quelque 2500 personnes, contre 5000 lors de la précédente grève du climat du 15 mars. Outre un certain essoufflement, la baisse de la mobilisation pourrait s'expliquer par les examens en cours au niveau du Collège (secondaire II).

Partis de la place des 22-Cantons, près de la gare, les grévistes doivent rejoindre la place de Neuve, en passant par le pont du Mont-Blanc et les Rues-Basses. Ils ont entamé leur marche en scandant «C'est un crime contre l'humanité, et un, et deux, et trois degrés !»

Troisième «grève» nationale

Des manifestations sont programmées vendredi dans près de 30 localités suisses. Côté romand, outre Genève et Lausanne, les jeunes vont notamment défiler à Bienne, Delémont, Fribourg et Neuchâtel.

Au niveau suisse, il s'agit déjà de la cinquième mobilisation en faveur de l'environnement depuis le début de l'année, la troisième à se dérouler un vendredi sous la forme d'une «grève» du climat après celles du 18 janvier et du 15 mars. Deux manifestations qui avaient respectivement attiré quelque 22'000 et 50'000 personnes dans tout le pays.

Mobilisation mondiale

Vendredi, cette «grève» du climat est suivie dans le monde entier. Des marches ont été organisées dans 1263 villes de 107 pays différents, a affirmé Greta Thunberg, l'étudiante suédoise à l'origine du mouvement.

«L'activisme fonctionne. Alors, agissons», a lancé l'adolescente de 16 ans dans une vidéo postée sur son compte Twitter. «Si nous vivons comme nous le faisons maintenant, nous aurons besoin chaque année de 4,2 planètes Terre», a souligné celle qui a été proposée pour le Prix Nobel de la paix 2019.

Les manifestants retournent dans la rue pour le climat

Ce vendredi matin, ils étaient environ 4500 à manifester pour le climat dans les rues de Lausanne. Plusieurs rassemblements ont déjà eu lieu dans la capitale vaudoise et en Suisse. Cette fois, ils étaient sensiblement moins nombreux à défiler.

(nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion