Genève: La passagère d’une automobile tueuse acquittée en appel
Publié

GenèveLa passagère d’une automobile tueuse acquittée en appel

La femme, ivre, avait cédé le volant à un ami, saoul. La Cour a jugé qu’elle n’était pas responsable de l’accident qui a suivi.

La Cour d’appel a condamné le conducteur mais pas sa passagère.

La Cour d’appel a condamné le conducteur mais pas sa passagère.

La passagère d’une voiture qui avait renversé et tué un motocycliste au petit matin en septembre 2017 a été acquittée en appel de la majeure partie des infractions qui lui étaient reprochées, révèle la «Tribune de Genève». En 2019, le Tribunal correctionnel l’avait jugée coresponsable du décès: propriétaire du véhicule et alcoolisée, elle avait cédé le volant à un ami, lui aussi ivre. Le Ministère public avait soutenu que laisser quelqu’un de saoul conduire revenait à conduire soi-même saoul. Les magistrats avaient suivi ce raisonnement. Ils avaient condamné la femme à 20 mois de prison avec sursis pour homicide par négligence et conduite en état d’ébriété, des charges identiques à celles retenues pour le conducteur.

La Cour d’appel a vu les choses différemment. Les juges ont considéré que la passagère ignorait l’état exact de l’homme avec lequel elle n’avait pas passé toute la soirée. Par ailleurs, vu qu’elle était elle-même alcoolisée, il leur a semblé vraisemblable qu’elle n’ait pas senti l’haleine de son ami. Bref, elle n’avait pas de raison de douter de ses capacités. La condamnation du conducteur à deux ans et demi de prison, dont huit mois ferme, a en revanche été confirmée. (jef)

Ton opinion