Géant d'Adelboden: La passe de trois pour Raich
Actualisé

Géant d'AdelbodenLa passe de trois pour Raich

Personne n'est parvenu à empêcher Benjamin Raich de triompher sur le Chuenisbärgli. Devant 25'500 fans qui espéraient le triomphe d'un Suisse, l'Autrichien a remporté le 33e succès de sa carrière et éjecté le surprenant Grison Sandro Viletta du podium.

par
Marc Fragnière
Adelboden

Alors que personne ne l'attendait, Viletta a réalisé un véritable exploit. Parti avec le dossard 53 en première manche, le slalomeur de 23 ans est parvenu à déjouer les pièges d'une piste particulièrement marquée pour signer le 25e chrono matinal. Il a ensuite profité d'une piste quasiment vierge en finale pour signer le meilleur temps de l'après-midi et effectuer par là même une folle remontée au classement. « Ce matin lorsque j'ai vu la piste et le monde qu'il y avait, j'ai rêver de faire un coup. Lorsque j'ai obtenu le droit de m'élancer cet après-midi, je n'ai pas fait le moindre calcul et j'ai tout risqué. C'est vraiment merveilleux », se réjouissait-il dans l'aire d'arrivée.

Alors que les leaders helvétiques Daniel Albrecht (26e), Didier Cuche (11e) et Carlo Janka (22e) ne répondaient pas aux très grosses attentes du public local, un autre homme a également sorti son épingle du jeu : Marc Berthod. Lauréat du géant 2008 de la station oberlandaise et à la peine cet hiver après une préparation tronquée en raison de problèmes physiques, le Grison a su saisir sa dernière chance d'obtenir un billet pour les Mondiaux de Val d'Isère. Compilé à l'incroyable 4e place de Viletta, son encourageant 6e rang brouille un peu plus les cartes dans un camp suisse non dénué d'atouts.

Habitué aux honneurs sur une piste qui ne pardonne aucune erreur, Benjamin Raich n'a pas failli à son rang de favori. Le Tyrolien n'a laissé aucune chance à ses adversaires, après avoir rendu une copie presque parfaite sur un premier tracé piqueté par son frère Florian, entraîneur chez les Autrichiens. « Ce matin, j'ai un peu perdu la ligne idéale à mi-parcours, mais tout s'est quand même bien passé », déclarait-il avant le final de l'après-midi. Malgré cette ligne perfectible, l'Aigle du Pitztal a laissé tous ses rivaux derrière lui. Sur le second tracé, Benjamin Raich a géré son avance et enlevé, après 2006 et 2007, son 3e succès à Adelboden. « C'est toujours génial de concourir ici, a-t-il affirmé. Lorsque tu arrives dans le mur final avec cette foule immense, tu sais pourquoi tu fais du ski ! ». Fort de cette performance, l'Autrichien a ravi la première place provisoire au général au Français Jean-Baptiste Grange. Lauréat en 2005, l'Italien Massimo Blardone a terminé 2e tandis que le Norvégien Kjetil Jansrud complétait l'estrade, après avoir remonté 11 rangs l'après-midi.

La bouteille à l’encre du géant helvétique

Souvent affublés de l’adjectif « petit », les Suisses sont « géant » ! Les résultats exceptionnels obtenus par les hommes de Martin Rufener cet hiver sont là pour le rappeler. Après les victoires de Daniel Albrecht (2) et de Carlo Janka, ainsi que le podium de Didier Cuche, la 4e place de Sandro Viletta et le 6e rang de Marc Berthod compliquent la tâche du chef alpin helvétique. A un gros mois du géant des Championnats du monde de Val d’Isère, ils sont désormais six Suisses à avoir rempli les quotas de qualifications alors que seuls quatre d’entre eux seront habilités à prendre le départ de la joute savoyarde.

« C’est un bon problème, relevait Martin Rufener à l’issue de la course. Je ne sais pas encore comment l’on va procéder pour déterminer qui sera au départ. Officiellement, aujourd’hui, personne n’a son ticket en poche… Mais officieusement Albrecht et Janka, qui se sont déjà imposés cet hiver dans la spécialité sont qualifiés. Pour les places 3 et 4, rien n’est encore défini. A l’heure actuelle, on n’a pas encore réfléchi au mode de sélection que nous allons adopter. Peut-être que nous allons nous baser sur la forme des athlètes au début février et sur leurs performances à l’entraînement. Ou alors, on organisera des éliminatoires internes ».

Si Albrecht et Janka (vainqueur à Val d’Isère en Coupe du monde, en décembre dernier) semblent logiquement à l’abri d’une mauvaise surprise et devraient, sauf gros séisme, être alignés le vendredi 13 février prochain, les autres coureurs sont pour l’heure en ballotage. Malgré les propos de Martin Rufener, il apparaît toutefois inimaginable que Didier Cuche, actuel 3e et meilleur Suisse au classement de la Coupe du monde de la spécialité, doive se mesurer à Didier Défago, Marc Berthod et Sandro Viletta pour obtenir le droit de s’élancer sur la face de Bellevarde.

Marc Fragnière, Adelboden

Adelboden (BE). Coupe du monde messieurs. Géant:

1. Benmjamin Raich (Aut) 2'24''95. 2. Massimiliano Blardone (It) à 0''24. 3. Kjetil Jansrud (No) à 0''72. 4. Sandro Viletta (S) à 0''92. 5. Cyprien Richard (Fr) à 1''01. 6. Marc Berthod (S) à 1''30. Puis: 11. Didier Cuche (S) à 1''44. 22. Carlo Janka (S) à 1''95. 26. Daniel Albrecht (S) à 2''56. 29. Didier Défago (S) à 6''71. Marc Gini (S) a été éliminé en 1re manche.

Ton opinion