La passion comme moteur de la relève
Actualisé

La passion comme moteur de la relève

Cyclisme. Une nouvelle structure a vu le jour pour favoriser l'éclosion des jeunes talents. Elle reçoit le soutien d'Andy Rihs et Richard Chassot.

La passion. Voilà bien le dénominateur commun à tous les acteurs de la nouvelle équipe nationale élite «BMC-Seppey-Teker-Hottinger», basée à Sion. «La passion, c'est notre moteur principal. Or, bien souvent, ce n'est pas le cas», regrette son président Jean-Charles Zimmermann. L'équipe compte à ce jour huit coureurs, âgés pour la plupart d'une vingtaine d'années. Ils disputeront principalement des épreuves en Suisse.

«Nous voulions un calendrier sympa, mais pas musclé. Notre objectif n'est pas d'avoir des coureurs «cramés» en fin de saison. Notre philosophie est d'abord axée sur le plaisir, non sur la victoire.» Reste que le concept semble fonctionner, puisque le team a déjà engrangé quatre victoires cette saison! Pour Andy Rihs, le patron de BMC Racing (n.d.l.r.: circuit Continental pro), les jeunes arrivent avec de nouvelles valeurs. Il faut les soutenir. Le vélo est loin d'être mort, croyez-moi!»

Et on peut également y voir un bon placement pour l'avenir. Le mot de la fin? Il est pour Alex Moos, le Valaisan de BMC Racing. «Au début de ma carrière, je devais me mettre au service des coureurs étrangers, dans des équipes étrangères. En 2001, quand j'ai rejoint Phonak, j'ai enfin pu jouer ma carte perso et gagner, comme sur le Tour de Suisse et de Romandie. Il est donc essentiel d'avoir des structures qui existent en Suisse.»

Catherine Muller, Sion

Ton opinion