Actualisé 03.10.2018 à 22:39

Hockey - National LeagueLa patinoire des Vernets est redevenue imprenable

Genève-Servette s'est défait de Berne et revient sur le «paquet» au classement. Avec deux buts, Rubin a joué les héros.

von
Grégory Beaud
Genève
C'est très serré entre Genève et Berne. La preuve à travers cette magnifique image captée par Eric Lafargue.

C'est très serré entre Genève et Berne. La preuve à travers cette magnifique image captée par Eric Lafargue.

Trois matches à domicile et trois victoires. Chris McSorley avait clamé vouloir refaire de la patinoire genevoise une forteresse. Pour l'heure, l'entraîneur ontarien tient parole. «Nous nous nourrissons de l'énergie de nos fans, a-t-il remarqué. Cela peut vous paraître bizarre, mais c'est une vraie ressource. Aux Vernets, c'est comme si nous jouions avec six hommes au lieu de cinq.»

Le constat s'est à nouveau vérifié contre l'armada bernoise. Si bien que Genève-Servette a livré son meilleur tiers-temps de la soirée. C'était lors de la seconde reprise... perdue 0-1. «A force de leur tourner autour on a fini par encaisser un but, a regretté Tim Bozon. Mais au-delà du score, c'est vrai que l'impression sur la glace était bonne. C'est de cette manière que nous voulons et devons jouer.»

Si les consignes semblent bien assimilées à domicile, qu'en est-il des déplacements lors desquels les Aigles ont perdu à trois reprises? «Nous n'étions pas loin de nous imposer samedi à Ambri, a pondéré Chris McSorley. Mais il manque ce petit quelque chose que nous avons dans nos murs.» Un sentiment confirmé par Tim Bozon: «Deux ou trois petites erreurs ont fait la différence, surtout lors du dernier match. Mais nous ne sommes pas loin.»

Longtemps blessé durant la préparation, le Français à licence suisse progresse de jour en jour. Une satisfaction supplémentaire. «Notre entente avec Tanner Richard et Daniel Rubin est meilleure jour après jour, poursuit-il. A titre personnel, je me sens de mieux en mieux même si j'ai raté le but vide en début de match.» Un loupé sans conséquence puisque les Aigles ont par la suite «fait le job» devant leurs fans.

GE Servette - Berne 3-1 (1-0 0-1 2-0)

Les Vernets, 5079 spectateurs. Arbitres: MM. Wiegand, Koch, Altman et Castelli.

Buts: 17e Tömmernes (Rod) 1-0. 39e Kämpf (Ebbett, Mursak) 1-1. 56e Rubin (Richard) 2-1. 60e Rubin 3-1 (cage vide/pénalité différée).

GE Servette: Descloux; Jacquemet, Tömmernes; Vukovic, Fransson; Mercier, Petschenig; Völlmin; Wick, Almond, Rod; Rubin, Richard, Bozon; Douay, Romy, Kast; Fritsche, Berthon, Kyparissis; Heinimann. Entraîneur: McSorley.

Berne: Genoni; Kamerzin, Almquist; Krueger, Blum; Andersson, B. Gerber; Burren; Ruefenacht, Arcobello, Moser; Mursak, Ebbett, Kämpf; Bieber, Haas, Scherwey; Berger, Heim, Grassi; J. Gerber. Entraîneur: Jalonen.

Notes: GE Servette sans Bouma, Wingels, Maillard, Simek, Lazarevs (blessés), Antonietti ni Bezina (surnuméraires). Berne sans Untersander (blessé), Marti (surnuméraire), Sciaroni (suspendu). Tir sur le poteau: Tömmernes (59e). Berne sans gardien de 58'15'' à 59'39''. Temps mort: Berne (60e).

Pénalités: 1 x 2' contre GE Servette; 2 x 2' contre Berne.

Au finish. Après deux grosses occasions pour Bozon et Wick, Genève a ouvert la marque grâce à un tir pourtant anodin de Tömmernes (17e). A cette occasion, le gardien Genoni a paru bien fébrile. Tout le contraire de Descloux, auteur de deux jolis arrêts sur Blum (4e) et Scherwey (8e). Si la seconde période a été à l'avantage des Genevois, ce sont les visiteurs qui ont inscrit le seul but par Kämpf. L'ailier s'est retrouvé à la conclusion d'une action d'école (39e, 1-1). Malgré une domination bernoise, ce sont les Aigles qui ont arraché la victoire par Rubin (56e, 2-1) après un engagement gagné. Ce dernier a inscrit le 3-1 dans la cage vide.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!