Genève: La patronne de la Chancellerie s'est fait avoir
Actualisé

GenèveLa patronne de la Chancellerie s'est fait avoir

La Cour des comptes a ausculté le Service des votations, dont le système de contrôle interne est défaillant.

par
Jérôme Faas
Ce mercredi, le président du Conseil d'Etat Charles Beer a réitéré sa confiance à la chancelière Anja Wyden.

Ce mercredi, le président du Conseil d'Etat Charles Beer a réitéré sa confiance à la chancelière Anja Wyden.

Anja Wyden était dans l'œil du cyclone. En septembre, une erreur d'affranchissement envoyait par le fond 4200 signatures du référendum Rubik. Fin mars, la votation sur les TPG était annulée. La chancelière vacillait. ce mercredi, les juges l'ont largement réhabilitée.

Des informations «très fausses»

Sa seule faute, à lire le rapport de la Cour des comptes, serait d'avoir trop fait con­fiance à d'autres. Début octobre, la socialiste a pourtant des doutes. Une note interne de la responsable du contrôle interne (évincée depuis) lui indique que le système est finalisé «à 90%». Sceptique, Anja Wyden saisit les magistrats afin qu'ils creusent. Le taux annoncé se révèle «très faux», indique le juge Stanislas Zuin: «Les informations qui remontaient à la tête de la Chancel­lerie étaient incorrectes.»

Tout repose sur deux personnes

Les conséquences, qu'illustrent les fiascos Rubik et TPG, sont «graves», admet Anja Wyden. Mais le pire a été évité: faute de processus formalisé, les opérations électives reposent sur deux personnes clés, les chefs du Service des votations et du Support. «Elles sont tellement clés qu'en leur absence, le bon déroulement de ces opérations ne serait vraisemblablement pas assuré», estime la Cour.

«Personne ne m'a alertée»

Nommée à la fin 2009, Anja Wyden n'aurait-elle pas pu réagir plus tôt? «Dans ce type de situation, les responsabilités sont partagées», dit le juge. «A mon arrivée, j'ai tout de ­suite changé la personne ­chargée du contrôle interne, avance la chancelière. Ce n'était pas suffisant. Et ni mes collaborateurs, ni l'Inspection cantonale des finances ne m'ont alertée.»

Ton opinion