La Patrouillle des Glaciers part à la chasse aux dopés
Actualisé

La Patrouillle des Glaciers part à la chasse aux dopés

SION – La célèbre course de ski organisé tous les deux ans en Valais sera soumis à des tests.

«Même s'il n'y a pas de tricheurs à la Patrouille des Glaciers, le dopage est une problématique à laquelle la course de ski est confrontée», a expliqué le commandant de l'épreuve, Marius Robyr. La Patrouille des Glaciers pourra être soumise à des contrôles antidopage dès la prochaine édition, en avril 2008. La mesure annoncée hier découle de l'accord signé entre le Département de la défense et Swiss Olympic. Depuis le 1er janvier 2007, toutes les manifestations importantes de l'armée sont soumises aux règles antidopage de l'organisation faîtière des fédérations sportives suisses. Il n'y a pas eu de débat concernant cette décision, a souligné Marius Robyr. S'agit-il là d'une simple formalité liée à l'évolution sport ou une véritable nécessité? Un peu des deux, estime de son côté Jean-Marie Cleusix, chef du service de presse. «Sur les 3800 participants, il y a environ trente patrouilles, composées de trois hommes, qui viennent pour faire des très bons résultats. Lorsqu'une patrouille gagne la course, il y a des soupçons de dopage», précise le lieutenant-colonel EMG. En effet, l'épreuve ouverte aux amateurs et aux militaires est disputée par des sportifs de haut niveau. La Patrouille des Glaciers comprend deux épreuves, entre Verbier et Arola, et Verbier et Zermatt. La course rencontre un immense succès: en 2006, 5000 personnes s'étaient inscrites, mais la direction avait refusé 1200 concurrents.

(las/ats)

Ton opinion