Actualisé 06.08.2009 à 16:17

Grippe A(H1N1)La PC engagée dans les centres de vaccination

La protection civile oeuvrera cet automne dans les centres de vaccination contre la grippe porcine, prévus en cas de vaccination de masse.

Les personnes engagées installeront les centres, en assureront la logistique et l'approvisionnement ou accueilleront des patients.

Les tâches que remplira la protection civile (PC) dans une telle opération varient d'un canton à l'autre. Mais partout, les hommes engagés devront avoir été vaccinés au préalable. «Celui qui refuse de se faire vacciner devra déplacer son engagement», indique à l'ATS Andreas Gäumann, chef de service à l'office bernois de la protection de la population.

Les effectifs définitifs n'ont, eux, pas encore été fixés dans tous les cantons. Ils dépendent en outre de l'ampleur de la campagne de vaccination et du nombre de centres à installer.

Neuchâtel: 4 à 12 semaines d'activité

En terres neuchâteloises, trois centres de vaccination encadrés par la PC sont d'ores et déjà prévus (Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds, Colombier) si les quatres polycliniques devaient être débordées. Ils fonctionneront sur une durée minimale de 4 semaines, 7 jours sur 7, explique à l'ATS Alain Spitznagel, commandant de la PC de la région Littoral-centre.

«Au total, nous aurons besoin de 60 personnes par jour, soit 20 par centre», précise-t-il. A raison de 5 jours de service par personne, la PC neuchâteloise devrait donc mobiliser un peu plus de 300 personnes sur un mois. «Mais la durée de l'opération pourrait être allongée à 12 semaines, si besoin.»

Dépendant du nombre de récalcitrants

A Genève, la protection civile sera chargée de monter trois centres -un au centre-ville et un sur chaque rive du lac-, d'éliminer le matériel d'injection usagé et de récolter les fiches médicales pour les transmettre aux autorités. «Mais si de nombreuses personnes refusent se faire vacciner, ces centres ne seront pas nécessaires», explique Eric Grandjean, porte-parole de la police cantonale et de l'opération Osiris.

Une seule chose est en effet sûre: les cantons ne peuvent obliger personne à se faire vacciner. Seul le Conseil fédéral dispose du pouvoir d'imposer une vaccination générale de la population et ce, dans un cas d'extrême urgence.

Côté alémanique, les préparatifs de l'Argovie semblent déjà très avancés. Selon ses plans, jusqu'à 540 hommes de la PC allègeront le travail du personnel soignant dans 34 centres maximum. Certains cantons comme Zurich n'ont eux pas encore décidé de la participation de la protection civile à une telle opération.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!