Russie: La pédopornographie prospère
Actualisé

RussieLa pédopornographie prospère

Les autorités ont adopté un concept de «listes noires», pour lutter contre les sites se livrant à des activités interdites.

«La Russie figure malheureusement parmi les trois premiers pays les plus touchés par la propagation de la pédopornographie», a affirmé la sénatrice russe Lioudmila Naroussova. Pour contrer ce fléau, les autorités ont adopté une nouvelle loi: il s'agit de l'apparition de «listes noires» de sites se livrant à des activités interdites.

Plus de 9500 sites et pages web à caractère pédopornographique ont été détectés en Russie en 2011, selon l'ONG russe Ligue de l'Internet sans danger. «La Russie n'a toujours pas introduit de sanctions pénales contre la production et la possession de produits pédopornographiques à des fins personnelles. C'est l'un des principaux problèmes», explique Denis Davydov, directeur de cette ONG. Cette lacune juridique fait de ce pays «un terrain propice pour les producteurs de pédopornographie», qui y installent leurs sites à destination d'utilisateurs du monde entier, estime Olga Kostina, membre de la Chambre civile russe (organe consultatif auprès du Kremlin). Si la législation russe reste en l'état, «la Russie risque de se transformer en un paradis pour les pédophiles», a averti le délégué du Kremlin pour les droits de l'enfant, Pavel Astakhov, dans une récente interview.

Les autorités ont mis en avant la nécessité de lutter contre la pédopornographie pour expliquer l'adoption en juillet de la loi sur les «listes noires» de sites Internet, même si de nombreux observateurs soupçonnent les autorités de vouloir ainsi censurer la Toile en Russie. Un registre fédéral sera créé en novembre pour réglementer l'activité sur le web, et des sites pourront être fermés en cas d'infractions touchant aussi d'autres domaines (promotion de la consommation de drogue, conseils pour se suicider). Cette loi doit permettre de «réduire considérablement le nombre des crimes sexuels contre les enfants», se félicite M. Davydov. «Tant que la pédopornographie sera facilement accessible, les adultes se sentiront impunis, ils s'en inspirent, sortent dans la rue et violent nos enfants», ajoute-t-il. «Cette loi ne sera peut-être pas la panacée, mais cela pourrait être un bon point de départ» pour combattre ce mal en Russie, estime Mme Kostina.

Selon le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), le nombre des crimes liés à l'exploitation des enfants à des fins pornographiques et sexuelles a été multiplié par 10 en Russie entre 2000 et 2011, année où plus de 9000 enfants en ont été victimes. (afp)

Ton opinion