Tennis - Roland-Garros: La perf' de Stan décryptée par ses mentors
Actualisé

Tennis - Roland-GarrosLa perf' de Stan décryptée par ses mentors

Tous ceux qui l'entourent ont été impressionnés par le niveau de jeu du Vaudois dimanche en finale de Roland Garros. Quelques-uns d'entre eux témoignent.

par
Laurent Morel
Paris
Stan Wawrinka peut profiter des conseils de Magnus Norman, ancien finaliste à Roland-Garros en tant que joueur et en tant qu'entraîneur de Robin Söderling.

Stan Wawrinka peut profiter des conseils de Magnus Norman, ancien finaliste à Roland-Garros en tant que joueur et en tant qu'entraîneur de Robin Söderling.

Wolfram Wawrinka, son père

- «Bien sûr, il a connu des hauts et des bas ces dernières semaines, mais on ne peut pas lui reprocher de s'être laissé aller. C'est mérité quand on sait tout le travail qu'il fournit.»

- «C'est injuste de l'avoir sifflé ici. Il a remporté la Coupe Davis, mais sans tricher. Par ailleurs, Stan n'est pas trop strass et paillettes. Il reste proche de sa petite équipe.»

- «Stan est un passionné, un bosseur. Quant il veut quelque chose, il se donne les moyens d'y arriver. A 12-13 ans, on se demandait où il était quand on ne le voyait pas rentrer le soir. En fait, il s'entraînait à répéter des services jusqu'à 23 heures.»

Magnus Norman, son entraîneur

- «Stan était nerveux, mais il savait à quoi s'attendre. Il joue mieux que jamais en ce moment. Il est mentalement et physiquement extrêmement solide. Après Monte Carlo, il s'est entraîné dur chaque jour avec moi. Je pensais qu'il serait dangereux à Roland-Garros, mais je n'imaginais pas à ce point.»

- «C'est facile d'avoir une bonne tactique mais beaucoup plus difficile de l'appliquer sur le court, surtout contre Novak. Je pense que dans le premier set, il se sentait encore un peu fatigué de son match de vendredi. Après, il s'est déplacé un peu mieux. Je lui avais dit de jouer de façon très agressive et de sauter sur chaque opportunité possible, d'avancer sur le terrain.»

- «Il n'est toujours pas aussi consistant que le «Big Four». Il perd parfois tôt dans les Masters 1000. Il peut encore s'améliorer sur ce point. C'est mon travail de le rendre plus régulier. C'est un joueur intéressant car on ne sait jamais à quoi s'attendre avec lui. Dans un bon jour, il peut battre n'importe qui.»

- «Je ne suis pas le meilleur coach du monde. Il n'y a pas de secret, Stan est un immense bosseur et a eu de très bons entraîneurs par le passé. De mon côté, je l'ai juste aidé sur des petites choses depuis deux ans qui font au final de grandes différences mais cela n'aurait pas été possible sans le travail effectué auparavant.»

Severin Lüthi, son capitaine en Coupe Davis

- «Les grands champions arrivent toujours à nous étonner.»

- «Je pense que Rodj' a beaucoup aidé Stan dans sa carrière en lui donnant des conseils mais à la fin c'est quand même le Vaudois qui fait le travail.»

- «Stan doit essayer d'être un peu plus constant. Ca va peut-être venir avec ce succès car il a pris beaucoup de confiance.»

Ton opinion