La petite virée en canoë a vite tourné au cauchemar
Actualisé

La petite virée en canoë a vite tourné au cauchemar

GENEVE – Grosse frayeur pour six canoéistes pris au piège, hier en fin d'après-midi, dans un gros tube de canalisation à la Praille.

Les trois hommes et trois femmes ont bien cru leur dernière heure arrivée. Pris au piège par la montée subite des eaux de l'Aire et de la Drize, ils ont été coincés dans un tube de canalisation du côté de la Praille. «L'alerte n'a été donnée au 144 qu'à 19 h 35 par l'un des sportifs, qui avait réussi à s'extraire seul du canal», confirme le commandant des sapeurs-pompiers, Raymond Wicky. Craignant le pire, les secours se sont alors rapidement déployés entre le pont Saint-Georges et le carrefour de l'Etoile, près du Port-Franc. C'est à cet endroit qu'un autre canoéiste a réussi à remonter à la surface en sortant par une bouche d'égout.

C'est d'ailleurs par cette même voie que les sauveteurs et les plongeurs ont finalement réussi à sauver le reste des naufragés. «Certains avaient chaviré et ont dû se battre contre les éléments», précise le chef des pompiers. Le très important dispositif n'a pu être levé qu'aux alentours de 21 h. En tout neuf véhicules, un bateau des sapeurs-pompiers, deux ambulances et quatre patrouilles de police ont été mobilisés dans cette opération de sauvetage. «Plus de peur que de mal», concluait, avec le sentiment de revenir de loin, Raymond Wicky.

Transis de froid, épuisés par les efforts et choqués par leur mésaventure, les rescapés ont été tous conduits à l'hôpital pour être mis sous observation. Leurs jours ne seraient pas en danger.

(gam/sha)

Ton opinion