Elections fédérales 2023: La pharma fait un don aux partis, tous prennent l’argent… sauf un

Publié

Élections fédérales 2023La pharma fait un don aux partis, tous prennent l’argent… sauf un

L’association des entreprises pharmaceutiques a offert un montant égal aux six principales formation. La démarche a été bien accueillie.

par
Yannick Weber
Les partis vont devoir sortir du cash pour la campagne des élections fédérales. Et les organisations économiques veulent les aider.

Les partis vont devoir sortir du cash pour la campagne des élections fédérales. Et les organisations économiques veulent les aider.

Getty

Un même montant pour tous, dévoilé au grand jour: c’est la démarche qu’a choisie la Vips, association qui regroupe 80 entreprises pharmaceutiques suisses. Elle a annoncé avoir approché les six grands partis politiques du pays pour leur offrir 17’000 francs chacun, «mis à disposition sans aucune contrepartie de la part des bénéficiaires» et dans le but de «renforcer le système de milice».

Contre-proposition au PS

La démarche a de quoi surprendre: la pharma, qui finance ouvertement des partis juste avant des élections, peut être perçue avec méfiance, soulevant la crainte d’une perte d’indépendance des élus. Or la Vips affirme que «tous les partis gouvernementaux ont réagi de manière très positive à notre offre et ils l’ont presque tous acceptée». En clair: cinq sur six ont dit oui.

Seul le Parti socialiste se montre moins ravi. «Le PS Suisse a refusé ce don», indique son porte-parole, Colin Vollmer, renvoyant à son règlement sur les dons et sans autre justification. Mais le parti ne crache pas pour autant sur l’argent et a proposé qu’il soit versé à la Fondation Anny Klawa-Morf, créée par le PS, qui «s’engage en faveur de la démocratie sociale». La Vips dit être «en discussion» au sujet de la réalisation ou non du don sous cette forme, dans la mesure où il doit «correspondre à l’idée originale de renforcer le système de milice».

Indépendance non affectée

Les Vert·e·s, en revanche, ont dit oui. Selon son secrétaire général Florian Irminger, le montant reste «d’ordre symbolique», les 17’000 francs, par rapport au budget annuel du parti de 2,5 millions, «n’affectent ni l’autonomie ni les positions politiques des Vert·e·s, au sens de nos principes éthiques et règles de transparence». Dans d’autres cas, par exemple celui des grandes banques suisses, les montants proposés étaient plus élevés et les dons ont été refusés.

La démarche de donner le même montant à tous les partis est en outre saluée par les Vert·e·s. «La Vips a aussi donné son assurance d’une totale transparence de ses dons dans ses comptes et nous avons bien confirmé que nous n’accorderions aucune contre-prestation», ajoute Florian Irminger, qui rappelle lui aussi que le financement du parti est entièrement transparent.

Des élections un peu plus transparentes qu’avant

Ton opinion

220 commentaires