Finance: La place suisse confirme son rôle de refuge
Actualisé

FinanceLa place suisse confirme son rôle de refuge

L'activité de banque privée en Suisse n'est pas menacée par les remous sur les marchés financiers et monétaires.

La place financière suisse a démontré une nouvelle fois son rôle de refuge en cas de tempête, a affirmé mardi Alexandre Zeller, PDG d'HSBC (Suisse).

Preuve en est que la banque, à l'instar de ses consoeurs, a attiré de nouveaux clients au cours des derniers mois et six milliards d'argent frais. «Ces deux derniers mois ont été très agités, les clients demandeurs et nos employés ont été très sollicités», a indiqué le patron d'HSBC (Suisse) Alexandre Zeller.

Dans les deux premières semaines d'août, marquées par une forte baisse des cours sur les marchés boursiers, HSBC (Suisse) a enregistré 54% d'achats contre 46% de ventes, a confié le responsable.

«Dans les temps troublés, la Suisse apparaît comme une zone de stabilité, elle offre la sécurité sur le plan politique et un cadre réglementaire qui reste attractif», a relevé Alexandre Zeller. Il voit la place financière suisse «gagner en compétitivité» en raison des économies imposées par le franc fort.

Pression fiscale

Quant aux répercussions des accords fiscaux sur l'impôt à la source conclus avec l'Allemagne et la Grande-Bretagne, il est trop tôt pour juger. «Nous n'en connaissons pas les modalités», a fait remarquer Alexandre Zeller.

Victime d'un vol informatique de données en 2009, HSBC (Suisse) insiste auprès de ses clients pour qu'ils régularisent leur situation avec le fisc de leur pays. «La pression sociale contre les fraudeurs est de plus en plus forte et nos clients en Europe n'ont pas envie de subir des conséquences très graves», note Alexandre Zeller. (ats)

Ton opinion