VALAIS - La plaine du Rhône perd 110 terrains de football par an
Publié

VALAISLa plaine du Rhône perd 110 terrains de football par an

Inquiet pour la réduction massive de ses surfaces agricoles, l’État du Valais réagit. Il crée un centre de compétence spécialement dédié au sol.

par
Fabrice Zwahlen
L’importance des sols sera encore davantage mise en valeur ces prochaines années en Valais, via une cartographie et divers projets à définir.

L’importance des sols sera encore davantage mise en valeur ces prochaines années en Valais, via une cartographie et divers projets à définir.

20 Min

«En Valais, les surfaces agricoles se réduisent deux à trois fois plus vite qu’en moyenne nationale», a rappelé, ce jeudi en conférence de presse, le Conseiller d’État Christophe Darbellay. «Pour notre canton, cela représente une perte de 450 hectares par an, dont 80 dans la plaine du Rhône, soit l’équivalent de 110 terrains de football.»

Pour le chef du Département de l’économie, la situation valaisanne ne doit rien au hasard. «Chaque commune a voulu créer sa zone d’activités, notamment commerciales. Il a également fallu combler certains retards d’infrastructures. Enfin, ces dernières années, les caisses de pension ont massivement investi dans le canton (ndlr: via la construction de nombreux immeubles).» Des questions topographiques expliquent aussi cette situation.

Plus de 7000 hectares à protéger

Le Conseil d’État annonce la création d’un centre cantonal de compétences dédié au sol. Une première suisse. Son objectif est de garantir les ressources pédologiques valaisannes à long terme, en adéquation avec la stratégie fédérale en la matière. La nouvelle structure devra répondre à plusieurs thématiques de société: de la production alimentaire à la biodiversité en passant par la prise en compte des mesures climatiques pour freiner le réchauffement.

Concrètement, le CCS-Valais aura plusieurs missions à relever, afin de gérer les ressources actuelles et restaurer des sols dégradés. L’entité va cartographier des parcelles de la plaine du Rhône où se trouvent les terres les plus fertiles. Elle y assurera la protection de 7350 hectares de terres agricoles (sur un total de 35’000) et émettra des marches à suivre pour le canton et les communes afin de prendre en meilleure considération le sol en milieu bâti. La question des sols pollués fera également partie des prérogatives de la nouvelle entité. Divers projets de sensibilisation verront le jour.

Ton opinion

107 commentaires