Affaire DSK: La plainte de Tristane Banon envoyée

Actualisé

Affaire DSKLa plainte de Tristane Banon envoyée

La plainte de la journaliste française Tristane Banon est partie par courrier.

La plainte de Tristane Banon, une journaliste et auteure française qui se dit victime d'une tentative de viol de la part de Dominique Strauss-Kahn, a été envoyée par courrier, a indiqué mardi une source judiciaire. La plainte devrait être reçue mercredi par le parquet.

Mme Banon affirme que les faits présumés se sont déroulés en février 2003 lors d'une rencontre avec M. Strauss-Kahn dans le cadre de la rédaction d'un livre. L'avocat de la plaignante, David Koubbi, affirme disposer «d'un dossier extrêmement solide et étayé».

Une tentative de viol est passible de la cour d'assises et le maximum de la peine est de quinze ans de réclusion criminelle. La peine peut être supérieure en cas de circonstances aggravantes.

La plaignante française ayant choisi le chef de tentative de viol, la prescription ne s'applique pas, contrairement à ce qui se serait passé s'il s'était agi d'une accusation d'agression sexuelle.

François Hollande se défend

En 2003, la mère de Tristane Banon, une élue socialiste, avait dissuadé sa fille de porter plainte contre Dominique Strauss-Kahn, ce qu'elle regrette aujourd'hui. Elle en avait toutefois informé François Hollande, qui était en 2003 premier secrétaire du PS.

David Koubbi reproche au candidat aux primaires socialistes en vue de la présidentielle de 2012 d'avoir tu ce qu'il savait à l'époque. En Martinique, où il se trouve en déplacement, François Hollande a a nié toute tentative d'obstruction et a déploré un climat «détestable».

«Je veux absolument mettre un terme à toutes ces polémiques ou colportages. Lorsqu'il se passe un événement, c'est à la victime supposée de porter plainte, et le plus tôt est le mieux. Ce n'est pas à d'autres - journalistes ou hommes politiques -, y compris par voie de télévision, d'évoquer une éventuelle plainte à la place des intéressés», a estimé M. Hollande.

«Huit ans après, une plainte est déposée par rapport à un incident supposé, dont moi, je n'ai pas eu connaissance dans le détail», a-t-il encore dit. «Sa mère Anne Mansouret avait évoqué un incident qui s'était passé, mais je n'en sais pas plus. Et j'ai dit, comme je dis toujours, s'il y a matière, c'est vers la justice qu'il faut se tourner et pas vers le Premier secrétaire de l'époque du Parti socialiste.»

Indifférence

David Koubbi a déclaré lundi que sa cliente avait pris sa décision de porter plainte il y a deux semaines. Elle s'est donc décidée avant le rebondissement qui a permis vendredi à l'ancien directeur général du Fonds monétaire international d'être libéré sur parole aux Etats-Unis. La crédibilité de la femme de chambre qui l'accuse de tentative de viol a été gravement mise en cause par le procureur de New York.

L'avocat de Mme Banon, David Koubbi, a décidé de réagir par l'indifférence à la contre-attaque de Dominique Strauss-Kahn annoncée lundi soir. L'ex-patron du Fonds monétaire international a chargé ses avocats de porter plainte à son tour pour dénonciation calomnieuse, les faits évoqués par Mme Banon étant, selon eux, «imaginaires». (ats)

Avocat de stars

Pour l’assister dans cette affaire, Tristane Banon a fait appel à un ténor des prétoires, comme le relevait hier le quotidien «Le Monde». Me David Koubbi, 38 ans, avocat au barreau de Paris, semble apprécier les causes difficiles et, surtout, celles dont il sait qu’elles seront très médiatiques. C’est lui qui a défendu Jérôme Kerviel, l’ex-trader accusé d’avoir fait perdre pas loin de 5 milliards d’euros à la Société Générale. C’est également lui qui était aux côtés du Dr Stéphane Delajoux lorsque les choses ont mal tourné après qu’il avait opéré Johnny Hallyday. Celui que certains surnomment «l’avocat des stars» a notamment été le conseil d’Isabelle Adjani et de Marie Laforêt.

Ton opinion