La playmate piège les mecs infidèles sur ce réseau social
Carolina Lekker, 25 ans, pose pour des magazines de charme tels que «Playboy».

Carolina Lekker, 25 ans, pose pour des magazines de charme tels que «Playboy».

Instagram carollekker
Publié

Relations hommes - femmesLa playmate piège les mecs infidèles sur ce réseau social

Carolina Lekker, mannequin Playboy, est payée 1600 euros par des femmes pour tester la fidélité de leur partenaire. L’Espagnole révèle que LinkedIn est son terrain de chasse préféré.

par
Emmanuel Coissy

«Les femmes des hommes d’affaires sont surtout sur Instagram et Facebook. Alors ils ont recours à LinkedIn pour ne pas se faire pincer.» Carolina Lekker, mannequin Playboy, vide son sac dans un article du «Daily Mail», publié la semaine dernière. En marge de son activité principale - elle pose pour des magazines de charme - l’Espagnole piège des mecs infidèles sur le réseau social professionnel.

Elle a gagné plus de 8000 euros

«Des amies proches et leurs amies», dit-elle, la paie pour appâter leur conjoint: «Je lui envoie un message. Je lui parle de son travail, puis j’attends qu’il me fasse des avances». La prestation est facturée 1600 euros (env. 1625 francs) si la proie échoue au test de fidélité en lui proposant un rendez-vous, par exemple. Autrement, Carolina est un peu moins gourmande: elle assure avoir gagné plus de 8000 euros (env. 8125 francs).

L’astuce de la playmate est un peu vicieuse. La jeune femme estime toutefois que la fin justifie les moyens. «Les hommes parlent toujours de leurs envies et de leurs besoins. Ils n’ont aucun scrupule quand ils se sont lassés de ce qu’ils ont à la maison et qu’ils courent après quelqu’un d’autre sans se soucier des sentiments de leur partenaire. Les femmes, elles, sont plus sentimentales et pensent davantage à leur partenaire.»

Ton opinion

33 commentaires