La pluie n'a pas plombé le bilan touristique de l'Euro

Actualisé

La pluie n'a pas plombé le bilan touristique de l'Euro

Le temps pourri des premiers jours n'empêche pas les professionnels d'espérer des retombées positives.

Temps pourri, UBS Arenas moins fréquentées qu'on ne l'espérait et équipes néerlandaise et française déjà rentrées à la maison. L'Euro est-il un échec pour le canton? «Non, les près de 200 journalistes installés sur la Riviera ont permis à la région de rayonner», se félicite-t-on à Montreux Vevey Tourisme.

Les nombreux reportages consacrés au canton dans les médias français et néerlandais réjouissent aussi le directeur de l'Office du tourisme vaudois, Pierre-André Ramseier. «Le marché français est très important. A l'arrivée de l'été, ces articles sont du pain bénit.» Seule grosse déception avouée, les dix jours de mauvais temps. «Certains journalistes n'ont même pas pu voir les paysages sous le soleil. C'est regrettable.»

La météo capricieuse n'a pas entamé le moral du gérant du camping d'Avenches. Il a vécu dix jours «sur un petit nuage» grâce aux supporters néerlandais. «C'était génial tant sur le plan humain que pour les affaires.» Au Jeunhôtel de Lausanne, ce ne sont pas les supporters qui ont rempli les lits, mais les voyages de classe. Les fans ont par contre permis au camping de Vidy d'avoir un bon mois de juin. Sans pour autant faire le plein.

Carole Pantet

Ton opinion