Affaire Gabby Petito - La police a commis «plusieurs erreurs»
Publié

Affaire Gabby PetitoLa police a commis «plusieurs erreurs»

Selon un rapport, les autorités de Moab n’ont pas géré correctement l’altercation du 12 août 2021 entre Gabby et Brian. Les images de cette intervention avaient fait le tour du monde.

Le couple effectuait un périple en camping-car quand le drame est survenu.

Le couple effectuait un périple en camping-car quand le drame est survenu.

YouTube

On ne saura probablement jamais ce qui est précisément arrivé à Gabby Petito, très vraisemblablement tuée par son petit ami l’été dernier dans un parc national du Wyoming. Près de cinq mois après la mort de la jeune femme de 22 ans, une enquête indépendante fait état de «plusieurs erreurs involontaires» commises par la police de l’Utah lors de la désormais tristement célèbre altercation du 12 août 2021. Ce jour-là, un témoin avait alerté les autorités après avoir assisté à un incident entre Gabby Petito et Brian Laundrie devant un magasin de Moab (Utah).

Les forces de l’ordre avaient arrêté le couple au bord d’une route et s’étaient longuement entretenues avec les deux jeunes gens. Rendues publiques, les images tirées des caméras corporelles des policiers avaient fait le tour du monde.

Enregistrées quelques jours avant la disparition de la jeune femme, elles mettaient en lumière la détresse de Gabby et l’extrême tension régnant au sein du couple. Selon un long rapport rendu cette semaine par une agence indépendante et cité par NBC News, la police locale aurait dû aller plus loin ce jour-là.

Il est reproché aux autorités de ne pas avoir interpellé les protagonistes, ni d’avoir interrogé plus consciencieusement Brian Laundrie.

À l’époque des faits, la police avait même considéré Gabby comme l’agresseuse. D’après le rapport, les forces de l’ordre n’ont par ailleurs jamais enregistré la déposition du témoin, qui disait notamment avoir vu Brian frapper sa petite amie. «Il est important, dans toute enquête, d’interroger et d’obtenir les déclarations de toutes les personnes impliquées afin de mieux formuler une conclusion», peut-on lire dans ce document de 99 pages.

«Le fait que Gabby ait été considérée comme l’agresseuse prédominante dans le cadre de cet incident ne signifie pas qu’elle était l’agresseuse prédominante à long terme dans cette relation», estime le capitaine Brandon Ratcliffe l’auteur de ce rapport.

Il recommande la mise en place d’une formation supplémentaire en matière d’enquête sur les violences domestiques. «Souvent, la victime à long terme arrive à un point émotionnel où elle se défend ou agit de telle manière que les forces de l’ordre sont appelées», écrit-il.

La police de Moab estime que ses officiers ont fait preuve de «gentillesse, de respect et d’empathie lors de cet incident». Elle assure toutefois qu’elle instaurera des formations et des ressources supplémentaires en ce qui concerne les violences domestiques.

Le corps de Gabby Petito avait été découvert le 19 septembre près du parc national de Grand Teton. Les autorités ont conclu à un homicide par strangulation. Son petit ami Brian Laundrie, lui, a été retrouvé mort le mois suivant dans une réserve de Floride. Il avait mis fin à ses jours en se tirant une balle dans la tête.

Pensées suicidaires? Faites-vous aider.

Vous ressentez des pensées suicidaires, ou vous vous inquiétez pour un proche? Parlez-en et faites-vous aider, 24/7.

(joc)

Ton opinion