Berne - Miss Suisse: La police a pris l'ADN de certains manifestants
Actualisé

Berne - Miss SuisseLa police a pris l'ADN de certains manifestants

Une vingtaine de personnes ont été arrêtées, le 11 octobre à Berne, car elles manifestaient contre l'élection de Miss Suisse. Le profil génétique de six d'entre eux est aux mains de la justice.

par
dmz

Des manifestants ont protesté en marge de l'élection de Miss Suisse 2014. Ils voulaient se dresser contre le sexisme et l'exhibitionnisme liés à ce genre de concours. La police a procédé à vingt interpellations, parmi lesquelles figurent neuf jeunes socialistes et sept mineurs. La semaine suivante, l'intervention de police était décriée tant au niveau local que cantonal. Ce qui a poussé le commandement des forces de l'ordre à s'intéresser à l'affaire.

Mais selon «Blick», c'est à présent l'attitude de la justice bernoise qui fait débat. Elle aurait obligé six des manifestants, définis comme les plus quérulents, à soumettre un échantillon d'ADN. Ce qui lui attire des critiques de tous bords politiques. Simon Glauser, membre UDC du conseil de ville, juge la mesure «disproportionnée». Pour Seraina Platzen, des Jeunes Alternatifs, «la police et la justice tentent d'intimider les activistes».

«S'il existe des témoignages ou des photos de leurs éventuels méfaits, prélever l'ADN n'est sans doute pas nécessaire», estime pour sa part Reto Müller, professeur de droit à l'Université de Bâle. «Il pourrait même s'agir d'une violation grave des droits fondamentaux. Je pense que les autorités ont trop vite tendance à recourir aux prélèvement ADN et à les considérer comme la solution miracle.»

Ton opinion