Actualisé 13.11.2011 à 11:50

Brésil La police a repris la plus grande favela du pays

Les forces de sécurité ont pris le contrôle tôt dimanche matin, sans tirer un coup de feu, de la favela de la Rocinha, à Rio, la plus grande du Brésil.

La favela était aux mains des trafiquants de drogue depuis des décennies.

La favela était aux mains des trafiquants de drogue depuis des décennies.

«A 06H19, le Bope (bataillon des opérations spéciales) nous a confirmé que toute la favela avait été prise», a annoncé la chaîne de télévision Globo. L'opération «Choc de paix», la plus importante jamais montée à Rio, qui a mobilisé au total plus de 2000 policiers et militaires, appuyés par 18 transports de troupes blindés de la marine et des hélicoptères, avait débuté deux heures plus tôt.

La favela voisine de Vidigal a également été reprise par les forces de sécurité. En signe de victoire, les forces de sécurité ont hissé un grand drapeau brésilien au point le plus élevé de Vidigal.

Les forces d'élite de la police sont entrées vers 04H10 dans les rues de ce bidonville peuplé au total de 120'000 habitants, situé sur une colline au coeur des quartiers riches de la ville.

Dans les ruelles étroites et escarpées, des femmes pleuraient, et des habitants avaient déployés des draps blancs à leurs fenêtres en signe de paix.

Les accès aux deux favelas, fermés dans la nuit, ont été rouverts dimanche matin et les transports de troupes commençaient à se retirer. Mais l'espace aérien restait interdit jusqu'à lundi.

Blindés et hélicoptères

Aucun affrontement armé entre la police et les trafiquants n'a été entendu ou signalé, a rapporté un journaliste de l'AFP. Le chef d'Etat-major de la police militaire, le colonel Alberto Pinheiro Neto, l'a confirmé en conférence de presse: «Il n'y a eu aucun incident, et pas un seul coup de feu tiré», a-t-il précisé.

Selon les autorités, environ 200 trafiquants de drogue fortement armés se trouvaient à l'intérieur de la Rocinha en dépit de l'arrestation dans la nuit de mercredi à jeudi du trafiquant de drogue le plus recherché de Rio, Antonio Francisco Bomfim Lopes, alias «Nem», qui tentait de fuir caché dans le coffre d'une voiture.

Depuis 2008

Les autorités ont lancé depuis 2008 de vastes opérations pour pacifier les quartiers pauvres de Rio contrôlés par les trafiquants de drogue et les milices paramilitaires avant les compétitions sportives du Mondial 2014 de football et des jeux Olympiques de 2016.

Il y a un an, fin novembre 2010, plusieurs centaines de parachutistes et policiers d'élite avaient conquis le principal bastion des trafiquants de drogue, le «Complexo do Alemao», sans coup férir et en moins de deux heures là aussi, après une semaine de violences urbaines qui avaient fait 35 morts.

«On espère que la pacification va aussi apporter le traitement de l'eau, l'éducation, la santé. Il y a ici des gens vivant au-milieu des cafards, faisant leurs besoins dans un seau, la pacification doit s'occuper de ces gens en priorité», a dit Raimundo Benicio de Sousa, connu sous le nom de «Lima», un leader communautaire de 56 ans. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!