Actualisé 21.11.2018 à 18:45

ValaisLa police annoncera des contrôles sur Twitter

Plusieurs accidents ont eu lieu sur l'autoroute valaisanne ces six dernières semaines. La police va intensifier les contrôles.

par
Xavier Fernandez
La police valaisanne va augmenter ses contrôles. (Photo d'archives)

La police valaisanne va augmenter ses contrôles. (Photo d'archives)

Keystone

En moins de deux mois, la police cantonale a recensé quatorze accidents importants, dont un mortel, sur le réseau autoroutier valaisan, ainsi que 31 infractions graves. Le fait qu'ils se soient déroulés dans un si court laps de temps a poussé la police à réagir. «Pour inverser cette tendance, nous avons décidé d'intensifier nos actions de prévention et de répression. Cela passe par tous types de contrôles: vitesse, alcoolémie, stupéfiants, distance de sécurité, ainsi que fautes d'inattention telles que l'utilisation du téléphone portable», détaille Stève Léger, porte-parole de la police cantonale.

Grande nouveauté, ces contrôles seront annoncés la veille sur le compte Twitter de la police cantonale (@policevalais). «Nous le ferons toutefois de manière évasive. Par exemple, nous ne dirons pas qu'un radar sera posé au kilomètre 63, mais simplement que des contrôles de vitesse seront effectués. De plus, ces annonces seront accompagnées de conseils ou de rappels. En cas de contrôle des distances de sécurité, nous rappellerons aux automobilistes que, sur un tronçon limité à 120 km/h, celle-ci doit être au minimum de 60 mètres», poursuit Stève Léger.

Des centaines de nouveaux abonnés

En marge de l'aspect préventif, le but des policiers valaisans est aussi d'augmenter leur nombre d'abonnés sur le réseau social. «Notre intention est de nous servir de ce moyen de communication pour informer de manière rapide et précise les Valaisans, sur toutes sortes d'événements. Par exemple, si un immeuble est en feu en ville de Martigny, nous émettrons une alerte et demanderons aux automobilistes d'éviter le secteur. D'un côté, cela leur évitera de se retrouver bloqués et, de l'autre, les services d'urgence pourront accéder plus facilement au site. De la même manière, si une alarme se déclenche dans une usine chimique, nous pourrons signaler rapidement le danger», commente le porte-parole.

Et, le moins que l'on puisse dire, c'est que ça marche. Le compte Twitter de la police valaisanne comptait environ 1500 abonnés mercredi matin et, en fin d'après-midi, la barre des 2000 abonnés était déjà franchie.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!