Ecosse: La police croyait au monstre du Loch Ness
Actualisé

EcosseLa police croyait au monstre du Loch Ness

Dans les années 1930, la police écossaise croyait tellement à l'existence au monstre du Loch Ness qu'elle voulait le protéger des chasseurs de gros gibiers.

Une photo pas datée du présumé monstre du Loch Ness.

Une photo pas datée du présumé monstre du Loch Ness.

«Qu'il y ait une créature étrange dans le Loch Ness ne semble aujourd'hui pas faire l'ombre d'un doute», a écrit le policier William Fraser, dont la lettre est l'une des pièces rendues publiques. «Mais que la police n'ait aucun pouvoir pour la protéger est très douteux.»

Les documents issus des Archives nationales d'Ecosse révèlent également que des responsables locaux ont demandé au Parlement britannique de mener une enquête pour confirmer l'existence du monstre dans l'intérêt de la science.

Les documents, gardés dans la confidentialité pendant 70 ans, ont été révélés dans le cadre d'une exposition sur les secrets d'Etat. La légende de «Nessie» s'était emballée dans les années 1930 après qu'un chirurgien eut pris une photo censée montrer le cou et la tête de la créature, un cliché aujourd'hui discrédité.

Selon l'archiviste Tristam Clarke, les lettres rendues publiques montrent que certaines personnes croyaient sincèrement qu'un monstre vivait dans le lac. La lettre de William Fraser montre que la police était sous pression pour protéger la créature, précise M. Clarke.

Dans sa missive adressée à des responsables à Londres, William Fraser estimait que les chasseurs Peter Kent et Marion Stirling étaient «déterminés à attraper le monstre mort ou vif», et comptaient utiliser un «canon-harpon spécial».

Les archives montrent qu'il a finalement été jugé préférable de ne pas tuer le monstre, ou le mythe, en positionnant des caméras et des observateurs autour du lac.

«Nessie est un élément symbolique de l'Ecosse», souligne M. Clarke. «Cela fait presque partie de l'identité de l'Ecosse.» (ap)

Ton opinion