Actualisé 10.02.2011 à 10:57

Jumelles disparuesLa police divulgue de nouvelles images

Un appel à témoins a été lancé mercredi en Italie pour tenter de retrouver les jumelles disparues depuis le 30 janvier. De nouvelles images des fillettes ont été publiées par la police.

de
comm. police

«Je lance un appel à quiconque est en mesure de fournir, que ce soit à moi ou à la police, des informations qui puissent de quelque manière nous aider dans nos recherches, qui nous mobilisent nuit et jour», a déclaré le procureur de Foggia (Pouilles, sud), Vincenzo Russo, dans un entretien à News Mediaset.

C'est dans les Pouilles, plus précisément dans la petite ville de Cerignola, que le père des fillettes, Matthias Schepp, s'est donné la mort en se jetant sous un train le 3 février.

Deux enveloppes retrouvées

La police cantonale vaudoise a fait savoir par communiqué que deux nouvelles enveloppes contenant de l'argent ont été retrouvées près de la gare de Cerignola, où le père s'est donné la mort. Les enveloppes auraient été postées dans une boîte non desservie et contenaient 950 et 550 euros. Toutes les enveloppes reçues à ce jour ont été adressées par le père à son épouse.

Le téléphone portable du père des jumelles a été localisé pour la dernière fois dans la région de Lyon le dimanche 30 janvier 2011 peu après 19h30. La police cantonale n'a cependant pas révélé l'entier des éléments en sa possession, dans l'intérêt de l'enquête.

Un témoin à Cerignola

Les investigations se poursuivent, tant en France qu'en Suisse et en Italie, pour établir l'emploi du temps du père durant la période allant de mardi matin, à son arrivée en Corse, jusqu'au jeudi midi où il se trouvait dans la région de Naples. La propriétaire d'un bar de Cerignola, dont l'identité n'a pas été révélée, a assuré à la presse italienne avoir vu Matthias Schepp et ses deux filles, Alessia et Livia, dans son commerce.

«Je suis sûre d'avoir vu les fillettes, elles sont entrées dans mon bar avec leur père. L'homme est entré dans le bar. Avec son accent étranger, il a demandé: toilettes, toilettes. La petite est allé aux toilettes pendant que sont père l'attendait avec sa petite sœur», a-t-elle affirmé.

Elle ne se souvient pas cependant du jour exact. «Je suis sûre, une petite avait un blouson bleu, l'autre un violet. Et l'homme en avait un beige», a-t-elle ajouté. «Ils étaient pressés, lui leur disait: Dépêchez-vous, nous devrons prendre le train », a-t-elle précisé.

Suite à ces déclarations, la police a inspecté le bar avec des chiens et analysé les films du système de télésurveillance, mais rien n'est venu corroborer ces déclarations. Du coup, selon les médias italiens, les policiers restent sceptiques.

Les fillettes vues sur un manège à Marseille

Un autre témoin, Michel Giambron, le propriétaire d'un manège sur la Place Général de Gaulle de Marseille, affirme quant à lui avoir vu les deux fillettes et leur père monter sur son attraction. «Ils étaient ici mardi 1er février», a-t-il déclaré dans une interview, rapporte «La Repubblica». «Ils étaient ici entre dix heures et dix heures et demi du matin. Le père a payé pour dix courses et il s'est assis pour regarder. Ils avaient l'air heureux».

De son côté, le procureur de la République de Marseille (sud de la France), Jacques Dallest, a annoncé mercredi que les jumelles avaient été vues sur un bateau à destination de la Corse avec leur père, sur la foi de trois témoins.

«Entre l'arrivée à Propriano (en Corse), le 1er février au matin, et son suicide le 3 février au soir, nous n'avons pas de témoignages formels à ce jour établissant la présence des petites filles en sa compagnie», a indiqué le procureur.

«Il y a plusieurs hypothèses, la plus triste et la plus tragique ce serait qu'il a mis fin aux jours des petites filles, qu'il les ait tuées, soit durant la traversée entre Marseille et Propriano, soit par la suite», selon M. Dallest.

Appel d'Irina, la mère des deux jumelles disparues(TSR):

(comm. police/afp)

«Aidez-nous à les retrouvez!»: c'est l'appel lancé mercredi lors de l'émission de la chaîne de télévision italienne «Chi l'ha visto?» par la maman des jumelles de Saint- Sulpice (VD) disparues depuis le 30 janvier. La mère de famille a fait part de son espoir de retrouver ses filles vivantes. «Elles ont été vues sur le ferry pour la Corse», a-t-elle déclaré dans cette émission consacrée à la recherche de personnes disparues. «Mon espoir, c'est qu'elles soient encore en vie. Aidez-nous à les trouver», a-t-elle supplié.

«Aidez-nous à les retrouvez!»: c'est l'appel lancé mercredi lors de l'émission de la chaîne de télévision italienne «Chi l'ha visto?» par la maman des jumelles de Saint- Sulpice (VD) disparues depuis le 30 janvier. La mère de famille a fait part de son espoir de retrouver ses filles vivantes. «Elles ont été vues sur le ferry pour la Corse», a-t-elle déclaré dans cette émission consacrée à la recherche de personnes disparues. «Mon espoir, c'est qu'elles soient encore en vie. Aidez-nous à les trouver», a-t-elle supplié.

«Aidez-nous à les retrouvez!»: c'est l'appel lancé mercredi lors de l'émission de la chaîne de télévision italienne «Chi l'ha visto?» par la maman des jumelles de Saint- Sulpice (VD) disparues depuis le 30 janvier. La mère de famille a fait part de son espoir de retrouver ses filles vivantes. «Elles ont été vues sur le ferry pour la Corse», a-t-elle déclaré dans cette émission consacrée à la recherche de personnes disparues. «Mon espoir, c'est qu'elles soient encore en vie. Aidez-nous à les trouver», a-t-elle supplié.

«Aidez-nous à les retrouvez!»: c'est l'appel lancé mercredi lors de l'émission de la chaîne de télévision italienne «Chi l'ha visto?» par la maman des jumelles de Saint- Sulpice (VD) disparues depuis le 30 janvier. La mère de famille a fait part de son espoir de retrouver ses filles vivantes. «Elles ont été vues sur le ferry pour la Corse», a-t-elle déclaré dans cette émission consacrée à la recherche de personnes disparues. «Mon espoir, c'est qu'elles soient encore en vie. Aidez-nous à les trouver», a-t-elle supplié.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!