Trafic d'armes: La police effectue des perquisitions au Tessin et à Genève
Actualisé

Trafic d'armesLa police effectue des perquisitions au Tessin et à Genève

La police fédérale a effectué des perquisitions dans des sociétés de Biasca (TI) et Genève qui appartiennent à un homme d'affaires italo-suisse de 44 ans.

Arrêté à Milan avec six autres personnes, il serait impliqué dans un trafic d'armes vers l'Iran.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) enquête depuis juillet 2009 sur une éventuelle violation de la loi sur le matériel de guerre, a dit sa porte-parole Jeannette Balmer, vendredi à l'ATS. Elle n'a cependant pas voulu commenter l'affaire du trafic d'armes avec l'Iran.

En Suisse, la procédure est dirigé contre un double national italo-suisse né à Genève et domicilié au Tessin. Originaire de Sicile, cet homme possède trois sociétés à Biasca (TI) et à Genève, spécialisées dans la technologie d'hélices pour hélicoptères. Les firmes ont été perquisitionnées mercredi par la police fédérale qui collabore dans ce dossier avec le Ministère public de Milan.

Sept personnes arrêtées en Italie - deux autres recherchées

Les détails du trafic international d'armes et matériel de guerre de l'Italie à l'Iran ont été dévoilés mercredi à la presse par le procureur milanais Armando Spataro. Sept personnes, dont l'Italo- Suisse, soupçonnées d'être les organisateurs du trafic, ont été arrêtées à Milan, Varèse, Turin et Rome.

La bande - cinq Italiens et deux Iraniens dont le correspondant d'une télévision de Téhéran en Italie - est accusée d'avoir exporté du matériel militaire vers l'Iran, matériel probablement destiné aux milieux terroristes selon les enquêteurs. Deux autres Iraniens sont recherchés.

Ambassadeur d'Italie à Téhéran convoqué

Selon le procureur Spataro, les trafiquants auraient acheté le matériel en Allemagne dès 2007. Ils l'auraient fait transiter par la Grande-Bretagne, la Roumanie ou la Suisse vers l'Iran.

Vendredi, l'ambassadeur d'Italie à Téhéran a été convoqué par le Ministère iranien des affaires étrangères. Une protestation officielle de l'Iran lui a été transmise et des explications ont été demandées à propos de l'arrestation de deux Iraniens en Italie, a indiqué l'agence italienne de presse Ansa. Téhéran a demandé la libération immédiate de ses deux ressortissants.

(ap)

Ton opinion