Kate topless: La police enquête dans la rédaction de «Closer»
Actualisé

Kate toplessLa police enquête dans la rédaction de «Closer»

Les enquêteurs ont effectué mercredi matin une descente dans les locaux du magazine français qui avait publié les photos de la princesse Kate seins nus.

par
leo
L'enquête préliminaire au pénal devrait «conduire à un procès plus long où des dommages et intérêts seront réclamés», avaient précisé dimanche les services du prince William.

L'enquête préliminaire au pénal devrait «conduire à un procès plus long où des dommages et intérêts seront réclamés», avaient précisé dimanche les services du prince William.

La police a réalisé mercredi matin une «réquisition judiciaire» dans les locaux de la rédaction de «Closer», situés en banlieue parisienne, révèle le site du «Point», qui précise qu'il ne s'agissait pas d'une perquisition. L'opération a commencé à 10 heures.

Le Parquet de Nanterre avait ouvert mardi une enquête préliminaire à la suite de la plainte pénale déposée par le couple princier pour atteinte à la vie privée. Selon le site du journal français, des ordinateurs de journalistes ont été examinés lors de la fouille. L'intervention a pour but de déterminer la personne qui a violé l'intimité de la «vie privée du couple».

«Closer» a été condamné mardi pour atteinte à l'intimité de la vie privée du prince William et de son épouse Kate par le juge des référés du Tribunal de grande instance de Nanterre, après la publication de photographies montrant la princesse seins nus. Dans un communiqué, le duc et la duchesse de Cambridge avaient «salué la décision du juge».

Nouvelle publication

Un magazine people danois, «Se og Hoer», a annoncé mercredi qu'il allait publier jeudi des photos de Kate Middleton seins nus, une semaine après le magazine français Closer.

«En exclusivité au Danemark, «Se og Hoer» a réussi à obtenir des images de la duchesse de Cambrige, Kate», a indiqué l'hebdomadaire sur son site internet, précisant qu'il y consacrerait 16 pages et ne les reproduirait pas sur internet.

Ton opinion