Actualisé 20.05.2014 à 15:08

LausanneLa police ferme 13 salons de massage

La police a procédé lundi soir à la fermeture de 13 salons de massage à Lausanne. Les conditions de santé et de sécurité n'y étaient pas respectées.

L'immeuble concerné, à la rue de Genève 85, avait plusieurs fois défrayé la chronique. Les prostituées travaillaient et vivaient sur place, entassées dans de petites chambres. «Un appartement de trois pièces pouvait être divisé en six pièces dont certaines n'avaient pas de fenêtre, ni d'accès à la cuisine. Dans une chambre, le matelas avait même dû être coupé pour y entrer», a expliqué le municipal Grégoire Junod.

Conditions intolérables

Les travailleuses du sexe payaient jusqu'à 500 francs par semaine pour loger dans des «conditions intolérables», a ajouté le directeur lausannois du logement et de la sécurité publique. Le gérant d'un trois pièces pouvait empocher jusqu'à 12'000 francs par mois.

La descente de police a démontré que la situation s'était dégradée au fil des ans et que les locaux n'étaient pas conformes, malgré des rappels à l'ordre répétés. Plusieurs cloisons avaient été construites illégalement et les prescriptions contre l'incendie n'étaient pas respectées, ce qui mettait en péril la vie des prostituées et de leurs clients.

55 personnes contrôlées

Lors de l'opération, qui s'est déroulée en début de soirée, 55 personnes ont été contrôlées, essentiellement des prostituées. Une personne était recherchée, une autre a présenté un faux passeport et dix n'étaient pas en règle avec leur autorisation de séjour.

La police cantonale du commerce a ordonné la fermeture immédiate des salons, mais les personnes qui y logent pourront y rester, sans travailler, durant trois jours, afin de leur laisser le temps de prendre des dispositions. Un hébergement d'urgence est mis en place par le Service social de Lausanne pour leur fournir un soutien.

Recours possible

Les gérants des salons et le propriétaire de l'immeuble seront dénoncés à la justice pour contravention aux lois sur la prostitution et les constructions, précise le communiqué de presse commun des autorités communales et cantonales. La décision de fermeture de la police du commerce peut faire l'objet d'un recours. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!