Coronavirus: La police ferme plusieurs sites X
Publié

CoronavirusLa police ferme plusieurs sites X

Divers portails érotiques ont été mis hors ligne par les forces de l'ordre. Leurs offres ne respectaient pas l'ordonnance sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus.

par
jab/cho/ofu
Keystone/Jean-christophe Bott

«100% Virus Free» (en français: 100% sans virus): c'est le slogan utilisé par une travailleuse du sexe bâloise, offrant ses services sur Anibis. Publiée il y a quelques jours, son annonce n'est d'ores et déjà plus visible. Contactée, la plateforme explique que certaines annonces ont été retirées jusqu'à nouvel ordre «en raison des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus.» Selon Anibis, plusieurs sous-catégories érotiques sont concernées par cette mesure.

D'autres sites bien plus explicites se retrouvent dans la même situation. Un lecteur alémanique rapporte que plusieurs grands portails X ont été mis hors ligne. L'Office fédéral de la communication explique que la police cantonale zurichoise est responsable de ce blocage. «Les gérants de ces plateformes n'ont pas respecté l'ordonnance sur les mesures destinées à lutter contre le covid-19», confirme le porte-parole des forces de l'ordre zurichoises, Werner Schaub. Invoquant la protection de la personnalité et le secret de fonction, il n'a pas souhaité dire quels sites étaient concernés ni à quels autres cantons ce blocage s'étendait.

Offres virtuelles

Pour rappel: les services impliquant un contact physique sont interdits jusqu'au 19 avril. Ainsi, les sites qui proposent des services sexuels impliquant un contact physique ont été fermés. La police peut uniquement fermer les sites avec un domaine suisse.

Certains portails ont trouvé des alternatives afin de s'adapter à la situation. Ils incitent leur clients à profiter d'offres virtuelles telles que les webcams, les chats et le sexe par téléphone.

Ton opinion