Canton de Zurich – La police intervient parce qu’elle allume trop tôt ses décos de Noël
Publié

Canton de ZurichElle allume ses décos de Noël trop tôt, la police intervient

Une plainte a été déposée contre une villageoise qui a eu le malheur de ne pas attendre l’Avent pour illuminer sa maison. Elle risque une amende si elle passe outre.

Si la plupart des Suisses s’émerveillent des décorations de Noël, ce n’est pas le cas de tout le monde et une villageoise de Glattfelden (ZH) l’a appris à ses dépens. Kim, 32 ans, aime en effet décorer généreusement sa maison pour les fêtes.

Elle aime tellement la période de l’Avent qu’elle a décidé de l’avancer en faisant briller de mille feux ses façades, il y a une semaine déjà. Mal lui en a pris: elle va devoir tout éteindre et attendre le 1er décembre pour illuminer sa propriété.

Car une plainte a été déposée contre elle. Des villageois auraient en effet protesté contre ses illuminations. La police a même débarqué à 19h pour sommer la jeune femme de tout éteindre. «La police m’a expliqué qu’il y avait des gens que l’éclairage dérangeait et que je ne devais plus allumer les lumières», explique-t-elle. Si elle enclenche ses décorations avant le premier jour de l’Avent, elle risque même une amende d’ordre, a-t-elle appris, stupéfaite.

Règlement communal strict

La police de Bülach a confirmé la plainte émanant d’un privé et avoir agi en conséquence. Car la loi, c’est la loi. «Dans la commune de Glattfelden, le règlement stipule que les illuminations de Noël ne peuvent être allumées qu’à partir du 1er jour de l’Avent et seulement jusqu’au 6 janvier», explique Roland Engeler, chef du département Population et sécurité de la ville de Bülach.

En outre, la lumière doit être éteinte entre 1h et 6h du matin. Ceux qui ne respectent pas ces règles encourent une amende de 100 francs.

Est-ce vraiment légal? Selon le juriste Thomas Oberle, de l’Association des propriétaires fonciers (APF), il n’existe pas de règle nationale sur le sujet. Aux communes de prévoir de telles dispositions dans leurs règlements de police si elles le souhaitent. Mais souvent, elles s’inspirent d’un arrêt du Tribunal fédéral datant de 2013. Le TF avait alors soutenu une décision de la justice argovienne qui avait restreint les illuminations de Noël à la période allant du 1er décembre au 6 janvier.

Quant à Kim, qui n’en revient toujours pas de la plainte déposée contre elle, elle a décidé d’ajouter encore quelques guirlandes et autres décos de fête à sa maison pour briller encore plus fort dès le 1er jour de l’Avent.

(cht)

Ton opinion

184 commentaires