Jérusalem: La police israélienne mobilisée pour la «journée de colère»
Actualisé

JérusalemLa police israélienne mobilisée pour la «journée de colère»

La police israélienne s'est déployée en force pour maintenir le calme à Jérusalem vendredi, a indiqué jeudi le porte-parole de la police.

Ce vendredi été déclaré «journée de colère» par le mouvement islamiste Hamas.

«Nous avons mobilisé des milliers d'hommes pour quadriller Jérusalem-est (annexé) et des villages voisins afin de maintenir le calme vendredi», a affirmé Micky Rosenfeld. «Nous voulons à tout prix préserver le calme, et nous avons à cet effet engagé un dialogue avec les responsables de ces villages», a-t-il ajouté.

Le Hamas a appelé jeudi les Palestiniens à une «journée de colère» qui doit être marquée par des manifestations contre l'offensive israélienne dans la bande de Gaza.

Dans un communiqué publié sur son site d'information, le Hamas a appelé à la tenue de «marches massives» après les prières du vendredi partant de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem et de «toutes les mosquées en Cisjordanie».

M. Rosenfeld a précisé que «seuls les Palestiniens disposant d'une carte d'idendité israélienne et âgés de plus 50 ans» pourront participer aux prières du vendredi à l'esplanade des Mosquées, le troisième lieu saint de l'islam. L'accès du site sera libre pour les femmes, a-t-il encore dit.

L'armée israélienne a de son côté annoncé dans un communiqué le bouclage total pendant 24 heures de la Cisjordanie à partir de vendredi 00h00 locales (jeudi 23h00 en SuIsse).

Selon un responsable des services de sécurité palestiniens, l'armée israélienne a par ailleurs arrêté jeudi neuf Palestiniens dans la région de Hébron au sud de la Cisjordanie, dont le maire de Samoa, Jamal Oul Djadaï, ainsi que le député Bassam Zaafir et l'ancien ministre des Collectivités locales Issa Djabari, tous deux membres du Hamas.

(ats)

Ton opinion