Actualisé 22.10.2010 à 10:42

FranceLa police libère une raffinerie par la force

Les forces de l'ordre ont débloqué dans la nuit de jeudi à vendredi la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) «dans le calme».

Le préfet de Seine-et-Marne Jean-Michel Devret a expliqué aux représentants syndicaux, avant l'intervention d'une centaine de gendarmes vers 3h du matin, qu'il voulait «rouvrir la raffinerie». «J'espère que cela se passera dans le calme».

«Compte tenu des problèmes de distribution de carburant dans notre pays, le président de la République a demandé à ce qu'il soit procédé à des déblocages de dépôts de carburant», explique le ministère de Brice Hortefeux dans un communiqué. «A cet effet, le préfet de Seine-et-Marne a fait procéder, cette nuit, au déblocage des dépôts de carburant de la raffinerie de Grandpuits, en Seine-et-Marne. Afin de permettre l'utilisation des stocks de carburant de cette raffinerie, des réquisitions de personnels strictement nécessaires ont eu lieu, en application des lois de la République».

«Cette opération de déblocage a été effectuée par les forces de sécurité dans le calme et sans qu'aucun incident n'ait été à déplorer».

Mais «l'unique objectif de cette opération est de rendre disponibles les stocks de carburant de cette raffinerie en vue de faire face aux besoins de la population de la région d'Ile-de-France, et tout particulièrement de l'est francilien», rappelle la place Beauvau. «Elle vise notamment à permettre aux services publics et tout particulièrement aux services de secours et de santé d'accomplir leurs missions au service de nos concitoyens, mais aussi d'assurer à chacun la liberté de circulation».

Pour Gaston Carrère Laurent de la CGT, «c'est une honte. Ils ont brisé la grève». «Il n'y a plus de droit de grève en France», a-t-il déploré.

Située à 80km de Paris, la raffinerie de Grandpuits était bloquée depuis une dizaine de jours. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!