Actualisé 19.01.2012 à 06:06

ChineLa police matraque un Tibétain en flammes

La police chinoise a matraqué à coups de bâtons recouverts de clous un Tibétain qui s'était immolé, avant d'ouvrir le feu sur une foule de témoins.

Losang Jamyang, un ancien moine âgé d'un peu plus de 20 ans, s'est immolé samedi à Aba, dans une zone tibétaine de la province du Sichuan.

Il est devenu le 16e Tibétain à mettre ainsi fin à ses jours ou à tenter de le faire en moins d'un an pour protester contre la répression de la liberté de culte dans les régions tibétaines en Chine.

«Il s'est arrosé d'essence et y a mis le feu. Il est sorti dans la rue et a appelé à une longue vie pour le dalaï lama et à la liberté au Tibet», a rapporté International Campaign for Tibet dans un communiqué reçu jeudi par l'AFP.

«La police a commencé à lui donner des coups de pied et à le frapper avec des bâtons couverts de clous», selon l'ONG qui s'appuie sur des Tibétains en exil.

Les Tibétains se sont opposés

«Incapable de supporter une telle scène, des Tibétains sur place se sont opposés aux forces de sécurité armées... criant que le corps devait leur être remis, et faisant tout leur possible pour barrer la route à la police alors qu'elle essayait de l'emporter», a poursuivi l'organisation basée à Londres.

De son côté, un porte-parole du gouvernement local à Aba, qui n'a donné que son nom de famille, Wang, a nié les faits rapportés. «Ce que vous lisez sont des fausses informations», a-t-il déclaré à l'AFP, refusant de donner sa version de ce qui s'est passé.

Selon ICT, la police a détenu et battu plusieurs Tibétains, blessant grièvement une femme et rendant une autre aveugle. Les forces de sécurité chinoises ont aussi ouvert le feu sur la foule et blessé par balles deux femmes, toujours d'après l'ONG.

La Chine affirme avoir «libéré pacifiquement» le Tibet en 1951 et amélioré le sort des Tibétains en fournissant des fonds pour le développement économique de cette région pauvre et isolée.

Mais de nombreux Tibétains ne supportent plus ce qu'ils considèrent comme une domination grandissante des Hans, ethnie fortement majoritaire en Chine, et la répression de leur religion et de leur culture. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!