Actualisé 25.03.2011 à 19:22

BerneLa police ne veut pas d'étrangers dans ses rangs

Les étrangers ne doivent pas pouvoir accéder à l'avenir à des postes dans la police bernoise.

La plupart des délégués de l'Association de police de Berne-canton ont exprimé ce souhait lors de leur assemblée vendredi après-midi à Tramelan.

Malgré les problèmes de recrutement, le passeport suisse doit rester un critère d'embauche, a indiqué l'association. Lors de la discussion, certains ont dit que les policiers fonctionnent comme gardiens du monopole de l'emploi de la force comme organe étatique de détention. Et un passeport suisse est nécessaire pour assurer cette mission, selon les délégués.

Différents délégués se sont globalement prononcés contre l'affaiblissement des critères de sélection. Le canton doit plutôt mettre en place de meilleures conditions-cadre, selon eux. Lors du vote, 105 délégués contre 14 ont approuvé le maintien du critère du passeport suisse.

Avant Berne, les députés vaudois avaient refusé en décembre dernier une motion pour l'autorisation de recrutement de policiers titulaires de permis C. Ils avaient préféré un contre-projet du Conseil d'Etat qui prévoit d'admettre à l'école de police les permis C qui s'engagent à se naturaliser avant la fin de leur formation.

Cette solution est déjà appliquée dans le canton de Genève. En revanche, Neuchâtel et Jura acceptent les permis C dans la police.

Les autres cantons romands (VS, FR, BE) exigent la nationalité suisse. Dans les pays d'Europe, les emplois de policiers sont réservés à des ressortissants nationaux. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!