Inde: La police ouvre le feu dans la foule: trois morts
Actualisé

IndeLa police ouvre le feu dans la foule: trois morts

Le Cachemire indien a été le théâtre de nouveaux tirs de la police lors d'un rassemblement de protestation, mercredi.

Le Cachemire indien est secoué par des violences depuis des semaines.

Le Cachemire indien est secoué par des violences depuis des semaines.

Trois manifestants ont été tués et au moins vingt-cinq blessés par la police mercredi au Cachemire indien, territoire à majorité musulmane secoué depuis trois mois par un puissant mouvement de protestation contre l'autorité de New Delhi, a annoncé la police.

La police a ouvert le feu lors d'un rassemblement à Mendhar dans la région de Jammu où les hindous sont majoritaires, à 450 km de la capitale régionale Srinagar.

«Alors que la situation n'était plus sous contrôle, la police a ouvert le feu pour disperser la foule. Trois manifestants ont été tués et au moins 25 blessés», a indiqué un porte-parole de la police à Jammu.

Ouvrant des discussions à New Delhi entre partis politiques sur l'avenir du Cachemire à l'initiative du gouvernement indien, le premier ministre Manmohan Singh s'est dit «choqué et bouleversé» par les décès, en particulier de jeunes, survenus lors de manifestations.

L'une des mesures en discussion pour apaiser la situation serait de lever partiellement l'état d'urgence dans quatre districts du Cachemire, instauré il y a vingt ans et qui accorde l'immunité aux forces de sécurité. Réuni lundi pour en discuter, le gouvernement central n'a pris aucune décision.

Dans le passé, New Delhi a souvent accusé le Pakistan, qui contrôle l'autre partie du Cachemire, d'alimenter les troubles. Les violences se sont intensifiées ces derniers jours au Cachemire indien. Lundi a été la journée la plus sanglante (18 morts) depuis le début d'un mouvement de protestation en juin contre l'autorité de New Delhi.

Violation du couvre-feu

Les autorités avaient alors instauré un strict couvre-feu, que plusieurs manifestants ont violé mardi et mercredi, en jetant des pierres sur des policiers.

La vague de troubles, qui a débuté le 11 juin après la mort d'un étudiant de 17 ans tué par la police pendant une manifestation séparatiste, a fait au moins 91 morts, des civils pour l'essentiel tués par les balles des forces de sécurité indiennes.

La partie indienne du Cachemire est le théâtre d'une insurrection contre l'administration de New Delhi, qui a fait plus de 47'000 morts depuis 1989, selon des chiffres officiels. Un processus de paix entamé en 2004 avec le Pakistan avait permis d'enrayer les violences avant leur recrudescence au début de l'été.

Environ deux tiers des habitants du Cachemire indien veulent l'indépendance de leur région, et moins d'un sur dix souhaite être rattaché au Pakistan, selon un sondage publié dimanche dernier. (ats/afp)

Ton opinion