Nicaragua: Un évêque critique d’Ortega arrêté et assigné à résidence

Publié

NicaraguaUn évêque critique d’Ortega arrêté et assigné à résidence

Les forces de l’ordre encerclaient depuis le 4 août l’évêché de Matagalpa, où Mgr Alvarez était reclus avec une dizaine de religieux et de laïcs.

Rolando Alvarez assurait ne pas savoir pourquoi les autorités le poursuivent de leur vindicte et estimait être soumis à «une détention à domicile».

Rolando Alvarez assurait ne pas savoir pourquoi les autorités le poursuivent de leur vindicte et estimait être soumis à «une détention à domicile».

AFP

L’évêque de Matagalpa, Rolando Alvarez, critique du président nicaraguayen Daniel Ortega arrêté aux premières heures vendredi, a été «assigné à résidence» à Managua, a indiqué la police dans un communiqué.

«Il a pu rencontrer sa famille» ainsi que le cardinal et archevêque de Managua, Leopoldo Brenes qui a relevé que «sa condition physique s’est détériorée» mais que son «esprit et son moral sont forts», selon un communiqué de l’archidiocèse de Managua.

L’archevêque, annonçant que Rolando Alvarez se trouvait dans une résidence familiale, a plaidé pour que la «raison» et la «compréhension» l’emportent pour trouver une solution à une situation «critique et complexe». Selon la police, ce placement en résidence surveillée a été justifié en raison des activités «déstabilisantes et provocatrices» de l’évêque.

Appel de l’ONU

Le Secrétaire Général de l’Onu s’est dit «très préoccupé par la fermeture sévère de l’espace démocratique et civique au Nicaragua, et par les actions récentes contre les organisations de la société civile, y compris celles de l’Église catholique», selon un porte-parole d’Antonio Guterres.

Il «réitère son appel au gouvernement du Nicaragua pour qu’il assure la protection des droits de l’Homme de tous les citoyens, en particulier les droits universels de réunion pacifique, et aux libertés d’association, de pensée, de conscience et de religion, et qu’il libère toutes les personnes détenues arbitrairement», a-t-il ajouté. Une assignation également condamnée par le secrétaire de l’Organisation des États américains (OEA), Luis Almagro.

Le Conseil épiscopal d’Amérique latine et des Caraïbes (Celam) avait annoncé sur Twitter qu’à 03h00 du matin (11h00, heure suisse) «la police nationale est entrée dans l’évêché de notre diocèse de Matagalpa» et «emmené Monseigneur Rolando Alvarez ainsi que huit autres personnes, dont des prêtres et des laïcs, vers une destination inconnue», alertant «la communauté internationale».

Le diocèse de Matagalpa avait lui-même annoncé sur sa page Facebook qu’«en ce moment la police nationale pénètre dans l’évêché. SOS. Urgent». Des organisations de défense des droits humains ont dénoncé une arrestation «de force».

«Harcèlement»

La police cernait depuis le 4 août l’évêché de Matagalpa. Le prélat, 55 ans, assurait ne pas savoir pourquoi les autorités le poursuivent de leur vindicte et estimait être soumis à «une détention à domicile». «Nous sommes entre les mains de Dieu», a déclaré Mgr Alvarez durant la messe de jeudi en assurant que Dieu «vainc l’obscurité, l’injustice».

Mercredi, 26 anciens chefs d’État et de gouvernement d’Espagne et d’Amérique latine ont lancé un appel au pape François, jusqu’ici resté silencieux, pour qu’il «prenne fermement la défense du peuple nicaraguayen et de sa liberté religieuse», accusant Daniel Ortega de «dictature primitive».

Le gouvernement a mis la pression sur l’évêque de Matagalpa depuis sa dénonciation de la fermeture par les autorités de cinq radios catholiques de son diocèse. Il a exigé le «respect» de la liberté de culte et l’arrêt du «harcèlement» imposé à l’Église catholique. Les autorités nicaraguayennes accusent le prélat de vouloir «organiser des groupes violents» et d’inciter «à des actes de haine (…) afin de déstabiliser l’État du Nicaragua».

Répression durcie

Selon le Centre nicaraguayen des droits humains (Cenidh), «le gouvernement a durci la répression contre l’Église et ses prêtres jusque dans les coins les plus reculés du Nicaragua». Le diocèse de Siuna a dénoncé dimanche l’arrestation d’un de ses prêtres. Le parquet a demandé son placement en détention provisoire pour 90 jours.

En juillet, les religieuses de la congrégation des Missionnaires de la Charité, fondée par Mère Teresa, ont dû quitter le Nicaragua, expulsées comme des «délinquantes», s’est indigné le Cenidh. Les relations entre l’Église catholique et le gouvernement sont tendues depuis 2018 lorsque des manifestants qui réclamaient la démission du président nicaraguayen ont trouvé refuge dans des églises.

Le président Ortega accuse le clergé catholique de complicité de tentative de coup d’État ourdie par Washington. La crise a même mené à l’expulsion en mars du nonce apostolique, Mgr Waldemar Sommertag. En s’attaquant à l’Église catholique, après avoir fait taire tous ses opposants, Daniel Ortega, réélu en 2021 pour un quatrième mandat consécutif lors d’un scrutin d’où étaient absents tous ses adversaires potentiels de poids, arrêtés ou contraints à l’exil, poursuit sa quête du pouvoir absolu au Nicaragua.

(AFP)

Ton opinion

5 commentaires