Berne: La police peut-elle nous forcer à effacer une vidéo?
Publié

BerneLa police peut-elle nous forcer à effacer une vidéo?

Lors d'une manifestation non autorisée de la gauche alternative, vendredi à Berne, un agent a obligé un membre de la Jeunesse socialiste de supprimer un enregistrement sur son natel. Un expert fait le point sur la situation.

par
Noemie La Bella/ofu
Beni Stückelberger se bat contre l'agissement de la police.

Beni Stückelberger se bat contre l'agissement de la police.

Beni Stückelberger

«J'ai effacé la vidéo parce que j'avais peur qu'on m'arrête», raconte mardi Beni Stückelberger. Le membre de la Jeunesse socialiste (Juso) participait vendredi soir au rassemblement non autorisé de la gauche alternative (lire encadré). A cette occasion, il a filmé un agent en train de plaquer au sol un manifestant. «J'ai tout filmé au cas où l'interpellation ne se serait pas faite dans les règles de l'art», justifie le jeune homme.

La police ne prend pas position

Or, comme le révèle «Blick», le policier se serait approché de lui et l'aurait forcé à effacer l'enregistrement, menaçant de lui confisquer son téléphone portable et de l'emmener au poste s'il ne s'exécutait pas. Beni Stückelberger est persuadé que les forces de l'ordre n'avaient pas le droit de lui demander cela.

Contactée, la police cantonale de Berne n'a pas souhaité s'exprimer sur le cas en question. L'avocat alémanique Rolf P. Steinegger explique cependant: «De manière générale, il n'est pas interdit de filmer des agents de police pendant leur travail. Mais cela dépend de plusieurs conditions. La police peut demander l'effacement de la vidéo ou la confiscation du natel si la personne qui filme empêche l'agent de faire son travail ou si elle est impliquée dans ce qui est en train de se passer, que ce soit par ses gestes ou sa parole.»

Restituer la vidéo

L'expert note ainsi que Beni Stückelberger doit pouvoir prouver qu'au moment des faits il se trouvait en arrière-plan et qu'il n'était pas impliqué dans les agissements en cours. Le membre de la Jeunesse socialiste assure qu'il fait tout son possible pour restituer la vidéo supprimée.

Trentaine d'antifascistes arrêtés à Berne

Une forte présence policière a limité la portée d'un rassemblement non autorisé de la gauche alternative, vendredi soir, dans la capitale. La manifestation n'a pas donné lieu à des affrontements. Aucun dégât matériel n'est à déplorer. La police a tout de même conduit 29 personnes au poste.

Depuis la fin d'après-midi, des policiers en tenues anti-émeutes effectuaient des contrôles de personnes. Vingt-neuf individus ont été emmenés au poste. Tous ont été relâchés durant la nuit, sauf un qui était recherché, a indiqué samedi la police bernoise dans un communiqué. La police a également saisi des cagoules et des sprays au poivre.

Ton opinion