Brésil: La police recommande de poursuivre Temer
Actualisé

BrésilLa police recommande de poursuivre Temer

La police brésilienne a recommandé mercredi des poursuites contre le président Michel Temer pour blanchiment d'argent.

1 / 44
Michel Temer, qui a dirigé le Brésil deux ans et demi jusqu'à la fin de l'année dernière, a été arrêté ce jeudi 21 mars pour diverses affaires de corruption.

Michel Temer, qui a dirigé le Brésil deux ans et demi jusqu'à la fin de l'année dernière, a été arrêté ce jeudi 21 mars pour diverses affaires de corruption.

kein Anbieter
Troisième enquête judiciaire contre le chef de l'Etat brésilien Michel Temer. (20 décembre 2018)

Troisième enquête judiciaire contre le chef de l'Etat brésilien Michel Temer. (20 décembre 2018)

AFP
La police fédérale brésilienne a demandé mardi au parquet général d'inculper le président Michel Temer et dix autres personnes, dont sa fille, pour corruption, blanchiment d'argent et association de malfaiteurs. (Mercredi 17 octobre 2018)

La police fédérale brésilienne a demandé mardi au parquet général d'inculper le président Michel Temer et dix autres personnes, dont sa fille, pour corruption, blanchiment d'argent et association de malfaiteurs. (Mercredi 17 octobre 2018)

AFP

La police fédérale brésilienne recommande aux enquêteurs de poursuivre le président brésilien Michel Temer pour avoir reçu des dessous-de-table et pour blanchiment d'argent, selon un document consulté mercredi par Reuters. Le président nie toute irrégularité.

L'enquête vise des fonds qui auraient été illicitement versés au parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB) de Michel Temer en 2014 par le groupe de BTP Odebrecht, précise le document de police. A l'époque de ce versement suspect, 10 millions de réals (2,3 millions de francs), Michel Temer était le vice-président de Dilma Rousseff, destituée en 2016 pour avoir maquillé les comptes publics.

Dans un communiqué, le cabinet de Michel Temer a nié toute irrégularité, estimant que les fonds reçus par Odebrecht étaient des dons de campagne.

La procureure générale du Brésil a réclamé en mars que l'enquête se penche sur le président et ce, en dépit de l'immunité que lui confère sa fonction le temps de son mandat.

Le document révèle également que le ministre des mines et de l'énergie, Wellington Moreira Franco, et le chef de cabinet du président, Eliseu Padilha, sont impliqués dans ces versements présumés. Des poursuites sont aussi recommandées à leur encontre. (nxp/ats)

Présidentielle brésilienne: extrême droite en tête des intentions

Le député brésilien d'extrême droite, Jair Bolsonaro, arrive en tête des intentions de vote pour l'élection présidentielle brésilienne d'octobre, selon un sondage publié mercredi. Il est crédité de 22% des voix.

(NewsXpress)

Ton opinion