Kazakhstan – La police se targue d’avoir «éliminé» des dizaines de manifestants
Publié

KazakhstanLa police se targue d’avoir «éliminé» des dizaines de manifestants

Les émeutiers ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi, alors qu’ils tentaient de s’emparer de bâtiments officiels, annoncent les forces de l’ordre qui ont aussi arrêté 2000 personnes.

Les émeutes chaotiques qui secouent l’ex-république soviétique ont démarré comme un mouvement de colère en province dû à la hausse des prix du gaz.

Les émeutes chaotiques qui secouent l’ex-république soviétique ont démarré comme un mouvement de colère en province dû à la hausse des prix du gaz.

AFP

Des «dizaines» de manifestants ont été tués par la police, dans la nuit de mercredi à jeudi, alors qu’ils tentaient de s’emparer de bâtiments administratifs au Kazakhstan, a annoncé la police de ce pays, qui fait face à des émeutes chaotiques.

«La nuit dernière, les forces extrémistes ont tenté de prendre d’assaut les bâtiments administratifs, le département de la police de la ville d’Almaty, ainsi que les départements locaux et les commissariats de police», a déclaré le porte-parole de la police Saltanat Azirbek, cité par les agences Interfax-Kazakhstan, TASS et Ria Novosti. «Des dizaines d’assaillants ont été éliminés et leurs identités sont en cours d’identification», a-t-il ajouté.

Almaty saccagée

Selon le porte-parole, une opération «antiterroriste» est en cours dans l’un des quartiers d’Almaty, la capitale économique de ce pays d’Asie centrale, où les émeutes ont été les plus violentes. Les images diffusées dans les médias et sur les réseaux sociaux ont montré des magasins pillés et certains bâtiments administratifs investis et incendiés à Almaty, tandis que des tirs d’arme automatique pouvaient être entendus.

Forces de l’ordre touchées

Au moins 18 membres des forces de sécurité ont été tués et 748 blessés dans des émeutes qui secouent le Kazakhstan depuis plusieurs jours, ont rapporté jeudi les agences de presse russes citant le ministère kazakh de l’Intérieur.

La Russie envoie des troupes

À la mi-journée, la police a précisé avoir aussi arrêté environ 2000 personnes dans les rues d’Almaty, secouées depuis deux jours par des émeutes qui ont fait des dizaines de morts et un millier de blessés.

«Les agents de police d’Almaty sont partis nettoyer les rues (…) Au total, environ 2000 personnes ont été emmenées dans les commissariats», a indiqué le ministère de l’Intérieur, cité par les agences TASS et Ria Novosti.

La Russie et ses alliés ont annoncé jeudi, l’envoi du premier contingent de forces de maintien de la paix au Kazakhstan, pays en proie à des émeutes chaotiques qui ont fait des dizaines de morts.

«Une force collective de maintien de la paix de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) a été envoyée au Kazakhstan pour une période limitée afin de stabiliser et de normaliser la situation», a indiqué cette alliance militaire, dans un communiqué diffusé sur Telegram par la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

Le Royaume-Uni et la France lancent un appel au calme

Le gouvernement britannique a appelé jeudi à un «règlement pacifique» de la crise au Kazakhstan. «Nous sommes évidemment préoccupés par les affrontements violents et nous suivons de près l’évolution de la situation. Nous demandons la fin de l’escalade et nous souhaitons un règlement pacifique», a déclaré un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson.

Quelques heures plus tard, la France a appelé à son tour toutes les parties impliquées dans la crise au Kazakhstan, y compris la Russie et ses alliés de l’OTSC appelés à la rescousse par cette ex-république soviétique, à faire montre de «modération».

«Les événements de la nuit sont extrêmement préoccupants (…) Nous condamnons évidemment les violences qui ont eu lieu», a déclaré le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, devant la presse européenne à Paris. AFP

(AFP)

Ton opinion