Istanbul: La police turque disperse violemment la «Gay Pride»

Actualisé

IstanbulLa police turque disperse violemment la «Gay Pride»

Les manifestants qui ont tenté de braver l'interdiction décrétée hier par les autorités se sont heurtés à la police sur la place Taksim.

L'interdiction de rassemblement avait été décrétée samedi par les autorités locales. (Dimanche 25 juin 2017)

L'interdiction de rassemblement avait été décrétée samedi par les autorités locales. (Dimanche 25 juin 2017)

Twitter/@FranceNews24

La police turque a fait usage de balles en caoutchouc dimanche pour empêcher des manifestants de tenir la parade annuelle de la «Gay Pride» sur la place Taksim au centre d'Istanbul, au lendemain d'une interdiction de ce rassemblement décidée par les autorités locales.

Des policiers équipés de boucliers anti-émeutes et de casques ont bouclé les entrées de la rue commerçante Istiklal, où les organisateurs comptaient tenir la marche avant que les autorités n'annoncent samedi son interdiction en invoquant des raisons de sécurité après des menaces d'un groupe ultra-nationaliste.

De petits groupes se sont rassemblés sur la place Taksim pour une Marche des fiertés LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexe) malgré l'interdiction des autorités, alors que les policiers étaient plus nombreux que les participants. Au moins quatre personnes ont été interpellées.

Assurer la sécurité

Le gouvernorat d'Istanbul dit avoir décidé d'empêcher la Gay Pride par souci pour la sécurité des participants, des touristes et des habitants. Après des menaces de groupes conservateurs et d'extrême droite, les autorités avaient annoncé samedi interdire cette manifestation pour préserver «l'ordre public» et la «sécurité des touristes».

«La véritable raison aux réactions contre la marche, qui s'est déroulée pacifiquement pendant 12 ans, c'est la haine», ont estimé les organisateurs. «On ne peut pas assurer notre sécurité en nous jetant en prison, en nous demandant de nous cacher», ont-ils ajouté. «Notre sécurité sera garantie en nous reconnaissant dans la Constitution, en garantissant la justice, par l'égalité et la liberté».

Les organisateurs avaient néanmoins réitéré leur détermination à maintenir la manifestation, interdite pour la troisième année consécutive et qui coïncidait cette fois avec le premier jour de la fête célébrant la fin du mois de jeûne musulman du ramadan.

Les organisateurs avaient alors annoncé qu'ils maintiendraient l'événement et encore affiché dimanche leur détermination, assurant dans un communiqué : «nous n'avons pas peur, nous sommes là, nous ne changerons pas. Vous avez peur, vous changerez et vous vous y habituerez».

Militants jugés

Avant la manifestation sur la célèbre place Taksim, d'importantes forces de police présentes dans le quartier avaient bouclé plusieurs accès, selon une journaliste de l'AFP. La Marche des fiertés d'Istanbul avait rassemblé en 2014 des dizaines de milliers de personnes et constituait l'un des principaux événements LGBT au Moyen-Orient. Elle est interdite depuis 2015 lorsque, selon l'association des LGBTI, les autorités avaient mis en cause la coïncidence de l'événement avec le ramadan.

En 2016, l'interdiction avait invoqué des raisons de sécurité alors que le pays était frappé par des attentats meurtriers liés aux djihadistes du groupe Etat islamique ou aux séparatistes kurdes.

Dans un cas comme dans l'autre, les manifestants avaient bravé ces interdictions et avaient été dispersés violemment par les forces de l'ordre. Cette semaine, onze militants ont été jugés à Istanbul pour avoir bravé l'interdiction de la Gay Pride de 2016, mais ils ont été acquittés.

Homophobie répandue

Les années précédentes, ces manifestations s'étaient déroulées sans incidents. Le président turc Recep Tayyip Erdogan est accusé par ses opposants de conduire une islamisation rampante de la société. Ses commentaires conservateurs sur les femmes et la famille enflamment régulièrement la critique mais il se garde généralement d'évoquer publiquement les questions liées à l'homosexualité.

En 2010 toutefois, la ministre de la Famille et de la Femme Aliye Selma Kavaf avait suscité la colère des défenseurs des droits des homosexuels en qualifiant l'homosexualité de «désordre biologique» et «maladie» devant être soignée.

L'homosexualité n'est pas pénalement réprimée en Turquie, mais l'homophobie y reste largement répandue. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion