Lausanne: La police viole la loi pour flasher des conducteurs

Publié

LausanneLa police viole la loi pour flasher des conducteurs

Des agents se sont parqués sur une zone interdite pour dresser des amendes. Hors intervention d'urgence, c'est illégal.

par
Frédéric Nejad Toulami
Le véhicule est resté parqué près dune heure sur ce marquage jaune ne tolérant qu'une halte rapide.

Le véhicule est resté parqué près dune heure sur ce marquage jaune ne tolérant qu'une halte rapide.

photo: Leser-Reporter/DR

«À première vue, la Loi sur la circulation routière ne concerne pas la police municipale». Un habitant du chemin d'Entre-Bois, en zone 30 km/h, a commenté ainsi sa photo postée sur un réseau social, la semaine passée, d'un véhicule banalisé en infraction. Les commentaires moqueurs ou énervés n'ont pas manqué.

Porte-parole de la police communale, Raphaël Pomey confirme qu'un véhicule radar y est resté entre 7 h 40 et 8 h 20 le mercredi 24 août: «Ceci a permis de dénoncer sept véhicules en excès de vitesse. Cette action, tenue à proximité d'une école et d'une garderie, s'inscrivait dans le cadre de notre campagne de prévention concernant la rentrée scolaire, précise-t-il. De plus, un agent était à l'intérieur du véhicule pour le déplacer si besoin. Il n'y a eu aucune gêne pour le trafic ou les piétons.»

Des preuves obtenues de façon illicite

«Je constate que la police a une approche pragmatique de la situation, ironise l'avocate Véronique Fontana. On peut comprendre leurs motivations mais cela n'a pas pour effet de rendre leur action légale! Leurs preuves ont été clairement obtenues de façon illicite, selon moi. Il serait intéressant de contester une infraction ainsi constatée et de porter cette affaire au tribunal.» Raphaël Pomey justifie, lui, cette infraction qu'il qualifie de «modérée» par le manque de places disponibles dans le quartier.

«Il y a eu une pesée d'intérêts entre l'objectif sécuritaire prépondérant, à savoir garantir la sécurité dans le cadre de la rentrée scolaire et l'infraction modérée de parcage»

Raphaël Pomey

Porte-parole de la police communale de Lausanne

Ton opinion