Actualisé

Bouclier antimissileLa Pologne accepte le nouveau projet américain

La Pologne s'est engagée mercredi à participer pleinement au nouveau projet de bouclier antimissile américain.

Lors d'une mini-tournée en Europe centrale, le vice président Joe Biden a assuré mercredi que son pays n'abandonnait pas la région.

Dans une interview publiée mercredi, le numéro deux de l'exécutif américain a réfuté les opinions selon lesquelles Washington aurait sacrifié les pays d'Europe centrale pour améliorer ses relations avec Moscou. Joe Biden a par ailleurs rendu hommage aux combattant juifs de l'insurrection héroïque du ghetto de Varsovie.

«Nous n'avons conclu aucun accord avec la Russie aux dépens de l'Europe centrale», a déclaré M. Biden dans le quotidien polonais «Rzeczpospolita». Le vice-président a entamé mercredi en Pologne une mini-tournée dans la région où des alliés de Washington ont mal pris l'abandon du projet d'un bouclier antimissile élaboré par la précédente administration.

«La Pologne considère comme très intéressante et nécessaire cette conception, ce projet qu'on appelle SM3, d'une nouvelle configuration de la défense antimissile», a déclaré le Premier ministre polonais Donald Tusk au cours d'une conférence de presse commune à Varsovie avec le vice-président américain Joe Biden.

«Nous sommes prêts à participer à ce projet, à l'échelle qui convient», a-t-il ajouté.

Afghanistan et Irak

En septembre, les Etats-Unis ont annoncé qu'ils abandonnaient leur projet d'installer une partie de leur bouclier antimissile en Europe centrale, qui prévoyait d'ici 2013 un puissant radar en République tchèque et dix intercepteurs de missiles balistiques de longue portée en Pologne.

Ce geste avait soulevé des propos amers de la presse et de nombre de personnalités des deux pays qui y voyaient un abandon de fidèles alliés au profit de meilleures relations avec la Russie, ancienne puissance dominante dans la région.

«La Pologne est notre allié le plus proche et un partenaire crucial pour faire face aux défis mondiaux», a encore déclaré M. Biden devant M. Tusk, en insistant entre autres sur la présence de forces polonaises aux côtés des soldats américains en Afghanistan et en Irak.

Moscou pas encore convaincue

Moscou voyait dans le précédent projet une menace pour sa sécurité, bien que Washington eut assuré qu'il était dirigé contre l'Iran. Le projet serait remplacé par un système visant à intercepter des missiles de courte et moyenne porté, installé dans un premier temps sur des bâtiments en mer.

Le jour de l'annonce de l'abandon du système prévu par l'administration Bush, Washington avait précisé qu'il comptait déployer en 2015 en Pologne et en République tchèque des missiles SM- 3, conçus pour détruire des missiles à courte et moyenne portée, dans le cadre d'un nouveau système antimissile.

La Russie a salué la décision américaine mais n'est pas tout à fait satisfaite de ce nouveau concept, qui prévoit également des éléments basés sur le sol européen.

Héros du ghetto de Varsovie salués

Joe Biden a rendu mercredi hommage aux combattant juifs de l'insurrection héroïque du ghetto de Varsovie contre l'armée de l'Allemagne nazie en 1943.

Un garde de l'armée polonaise à ses côtés, M. Biden a déposé une couronne de fleurs au pied de l'imposant monument inauguré en 1948 près du lieu où les insurgés donnèrent un des derniers combats de leur tragique révolte.

Le vice-président américain doit encore rencontrer mercredi le président polonais Lech Kaczynski et sera jeudi en Roumanie et vendredi en République tchèque.

Note aux rédactions: Nouveau: lead modifié et dépêche complétée dès le 2e paragraphe

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!