Berne - La population se sent en sécurité en Suisse

Publié

BerneLa population se sent en sécurité en Suisse

Une étude montre que les Suissesses et les Suisses se sentent en sécurité et ont une grande confiance dans les institutions du pays.

La confiance dans le Conseil fédéral est également supérieure à la moyenne, selon le rapport «Sécurité 2021».

La confiance dans le Conseil fédéral est également supérieure à la moyenne, selon le rapport «Sécurité 2021».

DR

L’étude «Sécurité» de cette année, menée par l’Académie militaire (MILAK) et le Center for Security Studies (CSS), tous deux rattachés à l’EPF de Zurich, révèle que les citoyennes et citoyens suisses se sentent en sécurité et ont une grande confiance dans les institutions du pays. En matière de politique étrangère, ils privilégient une Suisse neutre, politiquement autonome, coopérant avec les autres États uniquement dans les domaines économique et humanitaire.

L’armée a la cote

La confiance envers les institutions suisses est restée supérieure à la moyenne pendant la pandémie de Covid-19, et a même augmenté en janvier 2021 par rapport à janvier 2020. La confiance dans la police, la science et les tribunaux reste au plus haut. Celle dans le Conseil fédéral est également supérieure à la moyenne.

En 2021, 95% des personnes interrogées disent éprouver un sentiment général de sécurité. Dans l’ensemble, les Suissesses et les Suisses ne se sentent guère menacés. Les craintes d’une pandémie, de cyberattaques, de la diffusion de fake news ou d’une crise économique sont toutefois comparativement plus élevées en 2021 que par le passé. Les citoyennes et citoyens suisses demeurent fortement attachés au principe de la neutralité (96% des personnes interrogées en 2021). En matière de politique étrangère, ils sont mieux disposés à l’ouverture, mais sous conditions. S’ils adhèrent globalement à la coopération économique avec l’UE, ils rejettent par contre à une large majorité toute idée de rapprochement avec l’UE ou d’adhésion à celle-ci.

La nécessité de l’armée est soutenue par 73% des personnes interrogées. Une majorité des Suissesses et des Suisses (58%) privilégie l’armée de milice. En janvier 2021, 67% des personnes interrogées soutiennent l’idée d’un service obligatoire pour les hommes et les femmes, avec un libre choix entre le service militaire, civil ou social, soit une augmentation de 14 points par rapport à l’enquête de 2015.

Un œil critique sur le rapport

Le Groupement pour une suisse sans armée (GSsA) a étudié le rapport et émis des critiques. Pour n’en citer qu’une, étant donné que 96% des sondés voient la neutralité d’un bon œil, le peu de place laissé au scandale Crypto dans le rapport pose de nombreuses questions. En effet, il s’agit là de bien plus qu’une «simple» atteinte à la neutralité. Il s’agit de sa violation systématique. C’est en particulier grâce à la réputation de la Suisse en tant que pays neutre que la CIA et le Service fédéral de renseignement allemand ont pu fournir des appareils manipulés aux services secrets de bonne foi.

(comm/jbm)

Ton opinion