Cyclisme - La «poubelle» est le spot de rêve des supporters
Publié

CyclismeLa «poubelle» est le spot de rêve des supporters

Les chasseurs de bidons ont un rendez-vous précis sur le Tour de Romandie: les zones obligatoires de délestage.

par
Robin Carrel
(Martigny)

Posez la question «Quel est votre premier souvenir de cyclisme?» aux pros présents dans le peloton de la boucle romande, et la réponse sera souvent la même. Ils se rappellent être allés à la chasse aux bidons avec leurs parents sur le Tour de France ou une autre épreuve dans leur tendre enfance. C’est ainsi qu’ils sont tombés amoureux de la petite reine.

Désormais, pour des raisons écologiques, les coureurs doivent impérativement jeter leurs déchets et gourdes vides dans des zones désignées par les organisateurs, sous peine d’exclusion en cas de récidive. Le Suisse Michael Schär, disqualifié pour avoir lancé un bidon à un enfant sur le Tour des Flandres, peut en parler… Du coup, ceux qui connaissent le vélo s’y donnent dorénavant rendez-vous et rentrent chez eux les mains pleines de bidons usagés, le Graal des suiveurs.

La récolte des jeunes Belges.

La récolte des jeunes Belges.

20min/Francois Melillo

Hier, entre Aigle et Martigny, le peloton a tourné quatre fois en boucle entre Saxon, Saillon et Fully, et la zone de délestage a connu un joli petit succès. Une famille de Belges établis dans le coin a notamment quadrillé la zone avec sa ribambelle de bambins et les cyclistes ont joué le jeu, leur lançant les fameux «précieux» en faisant bien attention de viser le trottoir.

«Lors des courses en Belgique, il y a des publicités toutes les 30 minutes à la TV pour dire de ne pas venir au bord des routes à cause du confinement, a comparé la maman de cette smala. Alors, quand on a vu que c’était possible ici, on n’a pas hésité.» À voir le sourire radieux de ses rejetons, elle a bien fait.

Ton opinion