Suisse: La préférence indigène s'ouvre aux frontaliers
Actualisé

SuisseLa préférence indigène s'ouvre aux frontaliers

Le nombre de frontaliers s'inscrivant dans les offices régionaux de placement a bondi depuis l'introduction de la préférence indigène en juillet 2018.

par
Pascal Schmuck
Zurich
L'extension de la préférence indigène aux frontaliers n'est pas passée inaperçue.

L'extension de la préférence indigène aux frontaliers n'est pas passée inaperçue.

Keystone

La préférence indigène est entrée en vigueur en Suisse le 1er juillet 2018 dans le cadre de l'application de l'initiative UDC «Contre l'immigration de masse». Parmi les nouvelles mesures figure la priorité donnée aux offices régionaux de placement (ORP) d'afficher les places vacantes cinq jours avant leur publication officielle.

Les chômeurs qui se trouvent dans les professions affichant un taux de chômage supérieur à 8% bénéficient de cette mesure. Elle a été étendue par le Parlement aux frontaliers afin de ne pas froisser l'Union européenne UE), rappelle le Blickdans son édition du 17 décembre.

Les frontaliers connaissent la combine

La mesure n'est pas passée inaperçue, ainsi que le relève le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Le nombre de frontaliers qui s'est inscrit dans les offices régionaux de placement augmente régulièrement depuis juillet. Plus de 230 personnes se déjà annoncées, soit trois fois plus que pour toute l'année 2017.

Les travailleurs étrangers ont compris qu'ils pouvaient eux aussi tirer avantage de cette nouvelle norme en s'enregistrant auprès d'un ORP. Ils sont informés par plusieurs organisations, à l'image du Groupement transfrontalier européen qui encourage les transfrontaliers recherchant un emploi à se tourner vers un ORP suisse.

L'UDC fulmine

L'UDC ne cache pas sa colère. Son président Albert Rösti parle d'une «catastrophe pour tous les Suisses de plus de 50 ans à la recherche d'un emploi». A ses yeux, cette augmentation des frontaliers dans les ORP ne fait qu'illustrer les précédents avertissements de l'UDC.

«Au lieu d'une véritable priorité nationale, nous avons désormais une priorité pour les étrangers», fulmine-t-il, ajoutant que la volonté du peuple issue de l'initiative contre l'immigration de masse n'a pas seulement été mise en oeuvre, mais elle a été inversée.

Ton opinion