Affaire DSK: La première déclaration publique de DSK

Actualisé

Affaire DSKLa première déclaration publique de DSK

Scène cocasse mardi soir. DSK et sa femme ont mis dix minutes à tourner la clé dans la serrure de leur maison. Un moyen d'obtenir les premiers mots de DSK depuis le début de l'affaire...

Pour leur première sortie depuis trois jours, le retour du couple DSK-Anne Sinclair dans leur maison de Tribeca a été épique. Pendant de longues minutes, devant une horde de journalistes, ils n'ont pas réussi à ouvrir la porte d'entrée. DSK a ainsi pu prononcer sa première déclaration publique depuis le début de l'affaire.

A la question «Dans quel état d'esprit êtes-vous?», il a répondu de manière cocasse: «Comme quelqu'un qui n'arrive pas à rentrer chez lui.».

L'ancien directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn avait quitté mardi soir son domicile new-yorkais en compagnie de son épouse Anne Sinclair pour sa première sortie depuis trois jours, a constaté l'AFP.

En costume sombre et chemise claire, «DSK» a quitté vers 19H30 (23H30 GMT) sa maison située dans le quartier de TriBeCa, avec Anne Sinclair, pour se rendre dans un immeuble cossu de l'Upper east-side, près de Central Park.

Sortie au musée

Le couple est ressorti de l'immeuble situé à quelques mètres du Metropolitan museum quelque deux heures après, sans dire un mot à la presse, a constaté l'AFP.

Samedi, le couple s'était rendu au Musée d'art moderne (MoMA) à Manhattan. La veille au soir, Dominique Strauss-Kahn avait pris son premier repas d'homme libre dans un restaurant italien situé cette fois aussi dans le quartier de l'Upper East Side.

Il s'agissait alors de la première sortie du couple après la décision de la justice américaine de lever l'assignation à résidence de «DSK», à la demande du procureur de Manhattan. Ce dernier a établi que la femme de chambre qui accuse l'ancien patron du Fonds monétaire international de crimes sexuels a fait un récit «erroné» de l'agression présumée.

L'ancien ministre français peut donc aller et venir à sa guise, mais uniquement sur le territoire américain, la justice ayant conservé son passeport. Mais un autre scandale sexuel le poursuit: mardi, la journaliste et écrivaine Tristane Banon a déposé une plainte contre lui pour tentative de viol auprès du parquet de Paris.

Dans un entretien à «L'Express», la jeune femme âgée de 32 ans, a expliqué pourquoi elle avait attendu plus de huit ans après les faits qui, selon Me Koubbi, datent de février 2003: «Je n'en peux plus d'entendre dire que je suis une menteuse du fait que je ne porte pas plainte». (ats)

Manuel Valls dénonce un «torrent de merde»

Manuel Valls, candidat à la primaire d'investiture socialiste pour l'élection présidentielle française de 2012, a exprimé mercredi son dégoût du «torrent de merde» qui «envahit» selon lui la politique et les médias français s'agissant de l'affaire Dominique Strauss-Kahn.

Interrogé sur RTL sur la plainte déposée à Paris par Tristane Banon contre l'ancien directeur général du FMI, le député-maire socialiste d'Evry, dans la région parisienne, a répondu: «Je n'ai plus envie de commenter ce torrent de boue et, permettez-moi de le dire, ce torrent de merde qui envahit aujourd'hui les ondes et la vie politique françaises».

«La presse devrait s'intéresser davantage aux problèmes des Français», a-t-il poursuivi, en ajoutant ce conseil: «Sortons du temps de Twitter».

«Il y a un temps judiciaire qui n'est pas terminé pour Dominique Strauss-Kahn, il doit prouver son innocence et retrouver son honneur», a dit Manuel Valls à propos de la mise en cause de l'ancien ministre socialiste dans une affaire de tentative de viol à New York. «Laissons-lui aussi le temps humain pour se reconstruire», a-t-il ajouté.

Ton opinion