Corée du Sud: La première femme Premier ministre libérée
Actualisé

Corée du SudLa première femme Premier ministre libérée

Han Myeong-sook, 73 ans, avait été condamnée à une peine de deux ans pour financement politique illicite.

1 / 51
L'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye a été condamnée vendredi en appel à 25 ans de prison pour corruption. (Vendredi 24 août 2018)

L'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye a été condamnée vendredi en appel à 25 ans de prison pour corruption. (Vendredi 24 août 2018)

AFP
Park Geun-hye a déposé devant la justice de son pays un document par lequel elle renonce à faire appel de sa condamnation. L'ancienne présidente a pris 24 ans de prison pour corruption. (16 avril 2018)

Park Geun-hye a déposé devant la justice de son pays un document par lequel elle renonce à faire appel de sa condamnation. L'ancienne présidente a pris 24 ans de prison pour corruption. (16 avril 2018)

Keystone
Park Geun-hye a été condamnée à 24 ans de prison. Elle a été reconnue coupable de corruption, abus de pouvoir et de coercition. (Vendredi 6 avril 2018)

Park Geun-hye a été condamnée à 24 ans de prison. Elle a été reconnue coupable de corruption, abus de pouvoir et de coercition. (Vendredi 6 avril 2018)

Keystone

La première femme a avoir été Première ministre en Corée du Sud a été libérée de prison mercredi. Elle a purgé une peine de deux ans pour financement politique illicite.

Han Myeong-sook, 73 ans, avait été Première ministre durant un an à partir d'avril 2006, sous le gouvernement libéral du président de l'époque, Roh Moo-Hyun. Elle a été la première femme à accéder à ce poste en Corée du Sud et la première personne ayant exercé cette fonction à se retrouver derrière les barreaux.

Quelques années plus tard, Park Geun-Hye - destituée en décembre 2016 suite à un retentissant scandale de corruption, et dont le procès est en cours - était devenue la première femme présidente du pays.

Han Myeong-sook avait été condamnée en 2015 pour avoir reçu 880 millions de wons (à l'époque 760'000 dollars) de financement illégal de la part d'un homme d'affaires pour financer sa candidature ratée à l'investiture de son parti pour l'élection présidentielle.

Han Myeong-sook a nié toute faute et a accusé le gouvernement conservateur de l'époque d'utiliser le parquet pour ternir sa réputation.

Scandales de corruption

A sa sortie mercredi du centre de détention en périphérie de Séoul, elle a été accueillie par des personnalités politiques et des centaines de partisans.

Plusieurs anciens présidents ont été mêlés à des scandales de corruption en Corée du sud, où le monde politique et celui des affaires sont très proches. Les anciens présidents Chun Doo-Hwan et Roh Tae-Woo ont fait de la prison dans les années 1990 après des accusations incluant la corruption et la trahison. Roh Tae-Woo - mentor de l'actuel président Moon Jae-In - s'est suicidé en 2009 après l'ouverture d'enquêtes pour corruption le visant lui et sa famille. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion