Actualisé 30.12.2019 à 15:05

Hockey sur glaceLa présence d'Ambri affole le marché noir

La demi-finale de Coupe Spengler entre Ambri et Trinec (lundi, 20h15) se jouera à guichets fermés. Les revendeurs se frottent les mains.

de
Grégory Beaud, Davos
Grégory Beaud

En début de Coupe Spengler, Michael Ngoy nous a raconté avoir eu de la peine à trouver des billets pour sa famille afin d'assister aux matches d'Ambri-Piotta. Le défenseur des Léventins a assisté de l'intérieur à la frénésie entourant la présence à Davos du club de la Valascia. «Ils auraient pu vendre 20000 billets», a-t-il souri après le match contre Salavat Yulaev Ufa. Autant dire que la demande n'est pas moins forte avant la demi-finale entre Ambri-Piotta et Ocelari Trinec. De loin pas, d'ailleurs. «Je me suis promené cinq minutes dans le village et j'ai rencontré une dizaine de Tessinois, s'est étonné un confrère de la télévision suisse-italienne. Tous voulaient des billets et me demandaient comment faire. Je leur ai dit d'aller voir vers la patinoire et d'acheter au marché noir.» Seule solution, en effet. Mais à quel prix?

«Moins de 100 francs? Vous rigolez?»

En arrivant devant la Vaillant Arena, le premier détail qui choque? Le nombre de revendeurs. Impossible de faire un pas sans être accosté. «Tickets? Tickets? Tickets for Ambri? Good places!» Avant de céder aux sirènes de ce commerce, un tour sur le site de la compétition s'impose afin de constater la marge que se font les commerçants. Les billets debout pour les adultes coûtent 35 francs, tandis que les places assises commencent à 98 et grimpent jusqu'à 180 francs en secteur «business».

Fort de cette fourchette, la négociation est lancée.

- Volontiers deux billets en place debout s'il vous plaît.

- 200 francs.

- La place?

- Non, les deux. Quand même (rires) (ndlr les revendeurs au noir ont de l'humour)

- Je pensais mettre 50 francs par ticket... Ou 60 au maximum.

- Moins de 100 francs? Vous rigolez. Vous ne trouverez pas.

Cela s'annonce visiblement plus compliqué que prévu. Non loin de la tractation qui n'a jamais abouti, d'autres spectateurs tentent également de trouver un sésame. «On est déçus, nous confie un Tessinois, bonnet du HCAP vissé sur la tête. Nous sommes montés spécialement pour le match d'Ambri... Et on risque de rester hors de la patinoire. C'est vraiment dommage. Surtout lorsque l'on voit ces types qui ont des liasses de tickets. Je ne comprends pas que soit toléré.»

Ce n'est pas illégal

C'est effectivement toléré. Plusieurs politiciens ont tenté de freiner ce marché parallèle, mais le conseil fédéral a toujours refusé de légiférer en la matière. La dernière tentative dans ce sens date de 2014. Selon le gouvernement, c'est aux consommateurs de comparer les prix en défendant la liberté économique et contractuelle. Le marché de produits illicites (DVD piratés par exemple) n'est pas toléré. Il n'est par contre pas interdit d'acheter un bien licite (un ticket pour un match) et de le revendre en majorant son prix.

Partant de ce principe, on n'appelle pas la police et on continue la quête. Deuxième tentative un peu plus loin. Le but? Trouver des billets en places assises, cette fois-ci. Budget théorique? 120 francs la place. Pas un centime de plus. Là aussi, la discussion tourne court. «Ecoutez, je ne suis pas là pour perdre mon temps. C'est 200 francs la place. Et vous pouvez aller demander à tous les autres, vous ne trouverez pas en-dessous. Et plus le match approchera, plus les prix augmenteront.»

Il n'était que 14h00 et le coup d'envoi est prévu pour 20h15. Si la présence d'Ambri-Piotta est une réussite pour le tournoi davosien, elle l'est aussi pour le marché au noir. Que cela nous plaise ou non.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!