Athlétisme: La présence de Mancini «n'est pas souhaitable»
Actualisé

AthlétismeLa présence de Mancini «n'est pas souhaitable»

Peter Bohnenblust, directeur de Swiss Athletics, détaille la non-sélection de Pascal Mancini. Le sprinter regrette la décision.

par
Ugo Curty
Mercredi, le Staviacois s'est dit «déçu» par cette décision. «La fédération répète les mêmes erreurs.»

Mercredi, le Staviacois s'est dit «déçu» par cette décision. «La fédération répète les mêmes erreurs.»

Keystone/Archive

Pascal Mancini ne défendra pas les couleurs suisses lors des championnats d'Europe d'athlétisme en salle à Glasgow (du 1er au 3 mars). Il avait pourtant réussi les minima le week-end dernier lors des championnats suisses sur 60 mètres (3e en 6''76), après avoir obtenu la suspension provisoire de son retrait de licence. Mais l'homme le plus rapide de Suisse sur la distance (6''60) a été recalé par Swiss Athletics ce mercredi.

«Je suis déçu»

Mancini avait déjà été exclu des Européens sur piste à Berlin en août 2018. Le Fribourgeois avait été suspendu un an en octobre dernier par la Fédération nationale après des dérapages extrémistes sur les réseaux sociaux. «La procédure disciplinaire est encore en cours, explique le directeur de Swiss Athletics Peter Bohnenblust. La situation actuelle de Pascal est inchangée pour l'instant. La performance sportive n'est pas le seul indicateur de sélection. Son comportement sur les réseaux sociaux nous pose problème. Cela n'est pas compatible avec une sélection. Il n'est pas souhaitable que Pascal Mancini représente la Suisse.»

«Je suis déçu, a réagi Pascal Mancini au téléphone. A 30 ans, j'aurais aimé relever ce défi. Le tribunal arbitral avait estimé que la sanction à mon encontre était disproportionnée. Pourtant, la fédération répète les mêmes erreurs aujourd'hui (ndlr: mercredi).»

Compte Facebook supprimé

Mancini avait été sanctionné pour ces propos sur les réseaux sociaux. Il avait notamment posté la citation d'un nazi belge, Léon Degrelle, sur une photo de profil de sa page d'athlète. «Ce qui compte, c'est d'avoir possédé en soi l'essentiel: la passion du grand, du pur, du beau, du juste et de l'avoir projetée amplement et fraternellement parmi les hommes.» Pascal Mancini avait alors argumenté ne pas connaître la véritable identité de l'auteur, signant simplement la citation par Leon D..

Depuis le début de semaine, Pascal Mancini a supprimé son compte Facebook. «Je voulais montrer patte blanche, en espérant que la fédération prenne une décision en ma faveur», a-t-il expliqué. Le 22 octobre dernier, jour de la mort de Robert Faurisson, célèbre négationniste plusieurs fois condamné par la justice française, le Fribourgeois avait publié sur son compte une vidéo de celui qu'il surnomme «Le Professeur». Il concluait sa publication par ces mots: «J'espère qu'elle saura vous redonner le sourire.» Comprenez, en ce triste jour. «Cette vidéo n'a rien d'illégal», a commenté le sprinter fribourgeois ce mercredi.

Par le passé, il avait déjà affiché son approbation pour la pensée de Robert Faurisson, qui avait notamment nié l'existence des chambres à gaz dans les camps de concentration nazis et qualifiait les fours crématoires d'Auschwitz et de Birkenau de «plus gros mensonge du XXe siècle».

La fin de sa carrière?

Ses opinions lui ont coûté sa place dans la sélection suisse. «Mancini a désormais la possibilité de contester sa non-sélection auprès du comité central, puis dans un deuxième temps au tribunal arbitral de la fédération», explique Peter Bohnenblust.

Vu les délais impartis (8 jours), il semble peu probable que cette décision puisse être inversée à temps. L'athlète fribourgeois de 30 ans n'a pas précisé s'il comptait faire recours, ni si ce refus de la fédération signifiait la fin de sa carrière.

Ton opinion