Genève: La présence du Hamas suscite la controverse
Actualisé

GenèveLa présence du Hamas suscite la controverse

Une conférence organisée à l'occasion des trois ans de l'opération «Plomb durci» menée par Israël sur la bande de Gaza suscite de vives réactions auprès de l'Association Suisse-Israël (ASI). En cause, la présence annoncée d'un parlementaire du mouvement islamiste palestinien Hamas.

La présence annoncée d'un parlementaire du mouvement islamiste palestinien Hamas, Musheer Al Masri, ne plait pas à l'ASI. Celui-ci doit participer mercredi soir à une soirée intitulée «Gaza, on n'oublie pas», organisée par l'association «Droit pour tous», dédiée à la cause palestinienne.

Musheer Al Masri, membre du Conseil législatif palestinien, y est invité aux côtés d'Hani Ramadan, écrivain, Carlo Sommaruga, conseiller national (PS/GE) et de l'avocat Gilles Devers pour débattre de la situation dans la bande de Gaza, dirigée par le Hamas, trois ans après l'attaque de l'armée israélienne.

L'Association Suisse-Israël (ASI) a vivement protesté vendredi contre la présence de M. Al Masri à ce débat, qui aura lieu dans une salle de l'Université de Genève. «Cette invitation représente une insulte aux valeurs démocratiques et aux droits de l'homme constitutifs de l'esprit de Genève», a affirmé l'ASI-Genève dans un communiqué.

L'association «s'étonne de l'absence d'un préavis négatif de l'Université de Genève à cette réunion et de l'octroi d'une autorisation par l'Etat de Genève». Elle soutient que le Hamas nie la Shoah, prône dans sa charte la destruction par la violence d'Israël et est spécialisée dans les attentats-suicide contre des civils.

Service d'ordre assuré

Contactée par l'ats, l'Université de Genève (UNIGE) a confirmé avoir donné un préavis positif à l'organisation de cette conférence dans un de ses auditoires. L'institution, qui revendique sa neutralité, se base sur quatre critères pour mettre ses locaux à disposition, a expliqué Julie Michaud, porte-parole de l'UNIGE.

L'association qui met sur pied l'événement doit être légale, la conférence ne doit pas être contraire aux bonnes moeurs ni perturber l'ordre public et il doit être fait mention que l'UNIGE est étrangère à l'organisation de la conférence. En l'état, ces quatre critères sont remplis, a précisé Mme Michaud.

L'autorisation définitive a ensuite été donnée par le canton, propriétaire du bâtiment, a-t-elle ajouté. Le service d'ordre sera assuré par «Droit pour tous». Une dizaine de personnes y sera affectée, alors que l'auditoire a une capacité de 400 places.

L'offensive israélienne du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009 a dévasté Gaza où plus de 1400 Palestiniens ont été tués, selon des sources palestiniennes. Côté israélien, 13 soldats et civils ont péri.

(ats)

Ton opinion