Vaud: La présidente du Conseil d'Etat est... Nuria Gorrite
Actualisé

VaudLa présidente du Conseil d'Etat est... Nuria Gorrite

Le gouvernement cantonal, fraîchement élu, a désigné la socialiste à sa tête. Elle sera la première femme a occuper cette fonction.

par
Mirko Martino
Nuria Gorrite sera la présidente du Conseil d'Etat vaudois durant la législature 2017-2022.

Nuria Gorrite sera la présidente du Conseil d'Etat vaudois durant la législature 2017-2022.

Keystone

C'est une première: dès le 1er juillet, jour du début officiel de la législature 2017-2022, le Canton de Vaud aura une femme à la tête de son gouvernement en la personne de Nuria Gorrite. La socialiste a été désignée présidente du Conseil d'Etat par le collège élu en mai dernier. Elle succède à son camarade de parti, Pierre-Yves Maillard.

«C'est un immense sentiment de reconnaissance envers mes collègues qui m'ont exprimé leur confiance, affirme Nuria Gorrite. C'est un honneur de conduire les discussions du gouvernement pendant ces cinq prochaines années. C'est un rôle qui demande des qualités d'écoute pour trouver des solutions à l'intérieur du collège, pour mettre de l'huile dans les rouages.» A 46 ans –elle fêtera ses 47 ans le 6 juillet prochain –, l'ancienne syndique de Morges indique qu'elle agira dans la continuité de ce que connaît le Conseil d'Etat. «Mais j'arrive avec une autre personnalité que celle de mon prédécesseur, c'est normal», précise la nouvelle présidente.

Pour les observateurs de la vie politique vaudoise, l'arrivée d'une femme à la tête du Conseil d'Etat semblait déjà jouée d'avance. Une évidence que Nuria Gorrite ne semble pas confirmer, même si elle explique ce choix. «Cela correspond aussi à l'image de la transformation du canton, souligne la socialiste. Pierre-Yves Maillard, dont je salue le fait qu'il a renoncé à cette présidence, est peut-être plus féministe qu'il ne l'imagine lui-même.»

Nuria Gorrite siège au gouvernement depuis 2012. En mai dernier, elle a été réélue au 1er tour avec 55,4% des voix, se classant en 5e position, derrière Pascal Broulis (PLR), Pierre-Yves Maillard (PS), Jacqueline De Quattro (PLR) et Philippe Leuba (PLR).

«Un gouvernement marqué à gauche»

Le parti libéral-radical (PLR) vaudois a réagi mercredi après l'annonce officielle de la répartition des départements au sein du gouvernement vaudois: "Si les trois élus PLR conservent leur dicastère, force est de constater que le non remaniement de ces derniers permet à la majorité de gauche d'avoir sous son aile 85% du budget total de l'État de Vaud et 90% des effectifs. De plus, l'octroi de la présidence à la conseillère d'État Nuria Gorrite laisse songeur face au «compromis dynamique» tant vanté par la gauche. L'organisation du Conseil d'État pour la législature 2017-2022 ne laisse donc présager aucun changement dans la ligne gouvernementale, mais plutôt un renforcement de la gauche."

Le PLR salue "toutefois l'octroi de l'innovation, du développement durable et d'importants projets de constructions culturelles aux conseillers d'État PLR."

Cesla Amarelle à la tête de la formation

Aucune surprise quant à la répartition des départements: les six conseillers d'Etat réélus restent à leur place et la nouvelle arrivée Cesla Amarelle (PS) reprend la place de sa camarade de parti Anne-Catherine Lyon à la tête du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture. A noter que, selon un communiqué du Conseil d'Etat, son organisation interne devrait valoriser et renforcer l'insertion et l'innovation, avec quelques changements de département à la clé pour certains services ou unités. C'est le cas du développement durable qui quittera le Département des infrastructures et des ressources humaines pour celui du territoire et de l'environnement, afin de renforcer la cohérence entre les politiques environnementale et territoriale et la mise en oeuvre de l'Agenda 21 du Conseil d'Etat.

Ton opinion