Grand Conseil – La présidente du parlement vaudois accusée de racisme
Publié

Grand conseilLa présidente du parlement vaudois accusée de racisme

Pointée du doigt pour avoir imité un accent congolais à la fin d’une séance, la PLR Laurence Cretegny est critiquée par des militants antiracistes. Elle s’excuse mais réfute ces accusations. Son parti la soutient mais l’appelle à la prudence.

par
Frédéric Nejad Toulami

Dans cette vidéo, elle s’adresse à l’auditoire et au chancelier sortant Vincent Grandjean (à l’image).

«Si toi pas sage, toi y’en seras jamais comme Tintin!» Avec une telle sortie enrobée d’un maladroit accent africain, la présidente du Parlement vaudois pensait faire de l’humour lors de son discours, en fin de séance mardi, au moment de prendre congé de Vincent Grandjean. Chancelier du Conseil d’État vaudois durant 23 ans, ce magistrat fan des BD d’Hergé partait à la retraite.

Gênant, ce bref instant, filmé et retransmis en direct puis en différé en ligne, fut vite oublié par une salve d’applaudissements et les honneurs rendus au Chancelier, ému. Mais c’était sans compter sur la vigilance de certains militants antiracistes. Alertée, une association d’étudiants afro-descendants (AEA) de l’Université de Lausanne s’est fendue mercredi d’un communiqué, diffusé et partagé sur les réseaux sociaux, pour dénoncer un «racisme qui n’a pas sa place dans nos institutions». Elle dénonce les propos tenus par la présidente du Grand conseil, «particulièrement raciste et problématique» tout en exigeant des sanctions ou une démission de l’élue PLR.

Des excuses exprimées et une référence à une bande dessinée

Contactée mercredi par le site Watson, Laurence Cretegny a contesté tout racisme de sa part et s’est dite «navrée de constater que des mots ont été sortis de leur contexte». Elle faisait bien référence à une citation d’un personnage dans une BD de Tintin. Mais la caisse de résonance prend de l’ampleur sur les réseaux.

Si 20 minutes n’a pas pu atteindre le président du PLR vaudois Marc-Olivier Buffat ce jeudi matin, son parti cantonal a transmis un communiqué dans l’après-midi dans lequel il salue les excuses formulées Laurence Cretegny et lui réitère son soutien. Les libéraux-radicaux vaudois admettent toutefois que les propos de leur camarade de parti étaient «empreints d’une certaine maladresse et ont pu interpeller».

La PLR Laurence Cretegny devant la Grand Conseil vaudois qu’elle préside depuis la rentrée.

La PLR Laurence Cretegny devant la Grand Conseil vaudois qu’elle préside depuis la rentrée.

Le Matin / Maxime Schmid

Le PLR soutient mais appelle «à plus de prudence à l’avenir»

En revanche, il dit réfuter «toute accusation de racisme, terme qui paraît déplacé et excessif au vu du contexte». Il invite toutefois publiquement la présidente du Grand Conseil «à plus de prudence dans ses propos à l’avenir».

En début d’après-midi ce même jeudi, l’État de Vaud a envoyé un communiqué de presse dans lequel la présidente du Grand Conseil s’excuse officiellement «d’avoir heurté la sensibilité de certaines personnes, mais rejette «fermement toute accusation de racisme».

Ton opinion